Monde

Le mystérieux bleu au visage de Poutine

Temps de lecture : 2 min

Au cours de sa visite à Kiev, Vladimir Poutine n'a pas perdu son temps avec le Premier ministre ukrainien Nikolaï Azarov. Coopération économique, négociations sur le gaz... Mais les journalistes ukrainiens ont préféré parler de toute autre chose: le bleu sur la pommette gauche de Poutine.

Selon le site News.ru, Poutine aurait tenté de masquer le bleu par du «mauvais maquillage» et aurait été de mauvaise humeur toute la journée. Arrivé en retard à la réunion, «il était triste et silencieux, lui qui est toujours bavard et qui a un bon sens de l'humour!», se désole le journaliste du site. Poutine aurait même annulé un déjeuner de travail et un dîner officiel sans donner de raison. Il a aussi refusé de répondre aux questions des journalistes, résumant la réunion russo-ukrainienne à un effort de «normaliser nos relations bilatérales», raconte le site Polit.

Alors, ce bleu, «une séance de judo qui a mal tourné»? «Un lifting»? «Une rage de dents»? Chaque journaliste ukrainien a sa propre théorie. Sauf les Russes qui, eux, affirment n'avoir rien avoir vu de notable sur le visage de leur Premier ministre. L'attaché de presse de Poutine, Dmitri Peskov, a réfuté la présence même du bleu. «Les journalistes se trompent, peut-être parce que l'éclairage était mauvais [pendant la conférence de presse]», a-t-il déclaré au journal Gazeta avant d'ajouter qu'il était vrai que «le Premier ministre est fatigué, il travaille beaucoup et il est toujours sur la route».

Ce n'est pas la première fois qu'un homme politique russe se montre à des réunions officielles avec des hématomes. Le dernier en date était l'ancien maire de Moscou, Iouri Loujkov. Contrairement à Poutine, il n'avait pas tenté de camoufler son oeil au beurre noir. Il avait simplement déclaré que «la pratique du ski alpin avait entraîné quelques modifications de [son] apparence physique», rappelle le site Polit.

Photo: Vladimir Poutine à Kiev le 27 octobre 2010. REUTERS/Gleb Garanich

Slate.fr

Newsletters

Privé de «Davos du désert»

Privé de «Davos du désert»

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

Vivre dans la rue est désormais un délit passible de prison ferme dans l’ensemble du pays.

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Et son instinct lui dit que la menace du réchauffement climatique est exagérée.

Newsletters