Monde

En Russie, les ours festoient dans les cimetières

Temps de lecture : 2 min

A Vezhnya Tchova, un petit village russe de la République de Komi, au nord de l'Oural, deux femmes ont eu la peur de leur vie en allant au cimetière.

«De loin, ça ressemblait à un homme assez gros avec un manteau de fourrure, qui se penchait tendrement sur la tombe d'un proche», raconte le Guardian. «Mais quand [elles] se sont rapprochées, elles ont réalisé qu'il s'agissait d'un ours mangeant un corps». La «vision d'horreur» ne s'arrête pas là: l'ours avait déjà dévoré plusieurs autres cadavres, dont les membres et les vêtements étaient éparpillés sur les tombes les plus proches.

Rien que de très banal, selon Masha Vorontsova du WWF russe. «Les ours considèrent les cimetières comme des frigidaires géants. En Karélie, un ours a appris aux autres comment ouvrir les cercueils-maintenant, ils savent tous le faire», a-t-elle expliqué au Guardian, avant de souligner que les ours sont des «charognards par nature». Dans la région de Komi, il n'est pas rare de les voir fouiller dans des poubelles ou creuser dans les potagers des villageois russes à la recherche de carottes, rappelle le journal russe Moskovskii Komsomolets.

Si les ours sont si affamés cette année, c'est à cause de la canicule qui a dévasté la Russie cet été. «C'est un gros problème, beaucoup ne vont pas survivre cet hiver», s'inquiète Simon Razmislov, le vice-président de la société des chasseurs et pêcheurs de la région de Komi. De son côté, Oleg Krasnov, responsable de l'un des secteurs de Komi, rappelle qu'un ours affamé «ne peut ni se coucher ni dormir» - et donc encore moins hiverner.

Sachant qu'il y aurait 120.000 à 140.000 ours en Russie, cela risque de faire beaucoup d'ours en maraude cet hiver. De quoi remettre en question la décision du gouvernement russe de bannir la chasse à l'ours...

Photo: Brown bear having fun, par Beverly & Pack sur Flickr.com, License by

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters