Monde

La police catalane rend les prostituées plus visibles

Temps de lecture : 2 min

Quel est le lien entre la prostitution et la sécurité routière? La nouvelle règle imposée par la police catalane aux femmes qui vendent leur corps au bord de l'autoroute LL-11, près de la ville de Lleida. Le risque n'est pas que les prostituées distraient les automobilistes avec leurs courbes indécentes. Au contraire, elles ne sont pas assez visibles: la nuit, elles peuvent être percutées à tout instant, et causer des accidents en chaîne.

Pour préserver la sécurité de tous, la police catalane a décidé d'imposer le gilet réfléchissant aux prostituées quand elles sont sur le bord de l'autoroute, rapporte le journal espagnol ABC. Celles qui ne se plient pas à cette nouvelle mesure risquent une amende de 40 euros. Un tarif dissuasif. «Quelques-unes ont décidé de mettre ce gilet, ce qui leur permet au passage de se rendre plus visibles aux yeux des clients potentiels», remarque un autre journal espagnol, La Razón.

La police catalane explique qu'elle impose le gilet réfléchissant à tout le monde, pas seulement aux prostituées. Reste que des voix s'élèvent contre cette mesure. Cité par ABC, Josep Maria Beà, le maire de Els Alamús –une ville située près de l'autoroute LL-11–, considère qu'imposer aux prostitués ce gilet «ne règle pas le problème de la prostitution».

Photo: Wiki-prostitute.png, par Seedfeeder sur Commons Wikimedia, License by

A lire également sur Slate: Petite virée dans un "puticlub" près de la frontière espagnole, un reportage de Marc de Boni sur le blog Chasseur d'étrange.

Newsletters

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

Elle se méfie de ce mouvement citoyen, dont le slogan «État civil, non militaire» est explicite.

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

De Wuhan à Shanghai, nous avons recueilli les témoignages de personnes reclues chez elles pour se protéger du Covid-19, de gré ou de force.

Dans les camps de déplacés d'Idleb, des bébés meurent de froid

Dans les camps de déplacés d'Idleb, des bébés meurent de froid

En à peine trois mois, près de 500.000 enfants ont dû fuir les combats au nord-ouest de la Syrie.

Newsletters