Monde

Tareq Aziz condamné à mort en Irak

Temps de lecture : 2 min

Tareq Aziz, ancien bras-droit de Saddam Hussein qui représentait le régime lors des rencontres diplomatiques internationales, a été condamné à mort par le Haut Tribunal d'Irak pour son rôle dans la persécution des rivaux politiques pendant le règne du dictateur irakien, rapporte Reuters.

Aziz était devenu une figure importante du gouvernement irakien en 1990 à la suite de la première Guerre du golfe. Il est accusé d’avoir participé à écraser toute opposition au parti Baath, notamment en assassinant les dirigeants des partis de l’opposition ou en les forçant à quitter le pays. L’une des cibles principales de cette campagne était le parti islamique Dawa, dont le Premier ministre irakien actuel, Nouri al-Maliki, est un membre. Reuters écrit:

«Le juge Mohamed Abdoul-Salib a évoqué des assassinats, actes de torture et disparition de personnes pour justifier la sévérité de la sanction, présentée par Me Badie Arif, l'avocat d'Aziz basé à Amman comme "un verdict politique dépourvu de légalité".»

Aziz s’était rendu aux Américains en 2003 lors de l’invasion du pays, et a été remis aux autorités irakiennes cette année. Il devrait faire appel de la décision, qui sera de toute façon rejugée, commes toutes les condamnations à mort dans le pays.

Photo: Tareq Aziz à Baghdad en 1998, REUTERS/Jamal Saidi

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Incendie à Notre-Dame, publication du rapport Mueller et confirmation du candidat de l'opposition à la tête de la mairie d'Istanbul... La semaine du 13 avril en images. 

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Aux États-Unis, plus de soixante professionnel·les de la santé ont été arrêté·es pour prescription illégale d'antidouleurs.

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Sarah Sanders a avoué avoir inventé de fausses informations sur le limogeage de l'ancien directeur du FBI, James Comey.

Newsletters