Monde

Ça y est, les Slovènes ont leur «Obama»

Temps de lecture : 2 min

Ce lundi, les habitants de Piran, petite ville slovène de 17.500 habitants, ont élu un maire sous l'étiquette Sociaux-Démocrates (SD), le centre-gauche. Une élection comme les autres. A ceci près que le nouveau maire s'appelle Peter Bossman et que ce médecin est originaire du Ghana. Il a donc la peau noire. Un maire noir, une première en Slovénie, mais aussi en ex-Yougoslavie et dans toute l'Europe de l'Est.

«Le fait qu'on m'ait élu montre le haut niveau démocratique de la Slovénie», a-t-il déclaré à l'AFP, précisant que «les gens ne me considèrent plus comme un médecin noir ou un étranger, ils me considèrent comme un docteur, un homme bien.» Il a aussi affirmé à la BBC qu'«il n'avait subi aucune discrimination» au cours de sa campagne.

Pour son mandat de maire, Bossman n'a qu'un seul mot d'ordre: booster le tourisme. Au programme, construction d'un aéroport et d'un golf et introduction de voitures électriques afin de préserver la beauté de Piran.

Peter Bossman vit depuis plus de vingt ans à Piran. Après avoir fini ses études, il avait hésité à retourner au Ghana, mais son mariage avec une Slovène l'en a dissuadé, raconte la BBC. Le média britannique précise que parmi les 12% de Slovènes d'origine étrangère, seule une fraction d'entre eux viennent d'Afrique. Les Slovènes ne sont donc pas habitués à croiser des hommes à la peau noire dans la rue.

Un peu comme en Russie. Le 15 août 2009, Joaquim Crima, originaire de Guinée-Bissau, avait remporté se portait candidat pour la mairie de Volgograd (anciennement Stalingrad). Étonnés par cet agriculteur à la peau noire, les journaux russes s'étaient empressés de surnommer le candidat «l'Obama russe». Les Russes ont maintenant recyclé la formule: pour eux, les Slovènes auraient enfin trouvé «leur Obama slovène».

Photo: Peter Grossman, REUTERS/Srdjan Zivulovic

Newsletters

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Les militant·es anti-Lukashenko estiment que les forces de l'ordre ne doivent plus être anonymes.

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

L'université de Californie du Sud a suspendu un professeur de management qui a prononcé un mot en chinois - «ne-ga» - jugé trop proche du mot nègre en anglais.

Newsletters