France

L'affaire Woerth et la déontologie journalistique

Temps de lecture : 2 min

Certains journaux ont-ils oublié le code de la déontologie journalistique dans leur traitement de l’affaire Woerth-Bettencourt? C’est ce qu’estime le journaliste du Canard Enchaîné Louis-Marie Horeau, qui signe cette semaine en une de l’hebdomadaire satirique une tribune en forme de coup de gueule.

Dans le viseur du journaliste, Mediapart, Le Monde et «des hebdos» qui ont publié les transcriptions des enregistrements clandestins pris par le majordome de Liliane Bettencourt:

«Qui peut défendre le procédé consistant à voler des conversations privées? Sûrement pas «Le Canard», qui peut se prévaloir de quelques titres pour dénoncer les écoutes clandestines en tout genre.» (Le Canard avait notamment déjoué une tentative d'écoutes dans ses locaux, l'affaire dite des plombiers, NDLR)

Soulignons quand même que Pascale Robert-Diard, journaliste au Monde, avait refusé de publier les enregistrements pirates que lui proposait Me Olivier Metzner, avocat de Françoise Bettencourt-Meyers, et publiés par Le Point et Mediapart qui ont déclenché l’affaire Woerth, et expliquait pourquoi sur son blog Chroniques judiciaires.

Mais pour le journaliste du Canard, les manquements à la déontologie ne se sont pas arrêtés avec la publication des écoutes:

«Les digues se sont rompues et le flot des révélations a même emporté des vieilleries démodées comme le secret du dialogue entre l’avocat et son client. Le sommet est atteint quand les documents “balancés” par les avocats des deux camps sont publiés tels quels, bruts de décoffrage. Révélation contre révélation. La guerre fait rage, les journalistes sont de bons petits soldats. […] de quoi conduire à quelques instants de réflexion sur la merveilleuse évolution du métier de journaliste. En fait d’“investigation”, mot dont se gargarise la profession, la matière est publiée sans réflexion, et par pages entières, pour la seule et très bonne raison que les lecteurs adorent, et en redemandent.»

Photo: Black box flight recorder, edvvc via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters