Monde

Une toxicomane russe porte plainte contre la Russie

Temps de lecture : 2 min

Irina Teplinsky a porté plainte contre son pays, la Russie, auprès de l'ONU. Âgée de 43 ans, la Russe est toxicomane depuis ses 14 ans. Avec cette plainte, elle «espère provoquer des changements dans la politique russe concernant les drogues». Si Teplinsky a décidé de saisir Anand Grover, rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit qu'a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale, c'est parce qu'elle considère que la Russie ne lui a pas permis de suivre une désintoxication efficace.

Le gouvernement russe lui-même reconnaît que «son système d'assistance est insuffisant», selon Ria Novosti. De plus, la Russie n'accepte toujours pas que les toxicomanes suivent un traitement de substitution, regrette Teplinsky dans un entretien avec Komsomolskaïa Pravda.

Le traitement par substitution consiste à donner aux drogués une substance semblable à celle dont ils sont dépendants. Par exemple, la méthadone peut remplacer l'héroïne. Les médecins réduisent ensuite les doses afin de sevrer progressivement le toxicomane. Comme l'explique au journal RBK SP, le député de la Douma Valery Zubov est favorable à l'introduction du traitement par substitution en Russie: «[Cette thérapie] permet aussi d'enrayer le sida, puisque qu'ils n'utilisent pas une seringue [souvent infectée] mais reçoivent la substance par sirop ou pilule.»

Au total, la Russie compte deux millions de toxicomanes âgés de 18 à 39 ans et concentre près de 21% de la consommation mondiale en héroïne. Chaque année, 30.000 Russes meurent à cause de la drogue, soit 80 par jour.

Une situation qui inquiète de plus en plus le gouvernement russe. Moscou a annoncé être prêt à coopérer avec les Etats-Unis contre le trafic de drogue en Afghanistan. Réunis ce vendredi à Washington, les deux pays ont signé «un plan d'action» destiné, entre autres, à détruire les 150 laboratoires de drogue afghans dont la localisation a été indiqué par la Russie à ses collègues américains.

Photo: Efimero / perturbao via Wikimedia Commons License by

Newsletters

Comment la Chine exécute ses prisonniers d'opinion pour alimenter le trafic d'organes

Comment la Chine exécute ses prisonniers d'opinion pour alimenter le trafic d'organes

Véritable industrie, ce trafic offre un catalogue de choix aux patients les plus riches en attente de greffes. Des preuves récentes suggèrent que la pratique barbare du prélèvement forcé d'organes est toujours en cours dans les prisons chinoises.

En Espagne, la sécheresse fait réapparaître un monument mégalithique immergé

En Espagne, la sécheresse fait réapparaître un monument mégalithique immergé

Le site surnommé «Stonehenge espagnol» était sous les eaux depuis 1963.

Notre prochaine pandémie sera celle de la démence et nous ne sommes pas prêts

Notre prochaine pandémie sera celle de la démence et nous ne sommes pas prêts

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio