France

La droite vote pour une nouvelle réforme des retraites

Slate.fr, mis à jour le 21.10.2010 à 17 h 46

La réforme des retraites n'est peut-être pas si gravée dans le marbre que le répète l'UMP. Dans la nuit de mercredi 20 à jeudi 21 octobre, le gouvernement a donné son feu vert pour un amendement du rapporteur UMP de la commission des Affaires sociales Dominique Leclerc qui ouvre la porte à un nouveau débat sur les retraites après la présidentielle de 2012.

L'amendement propose d'engager une «réflexion nationale» sur une «réforme systémique» du régime des retraites, c'est-à-dire aller beaucoup plus loin que la réforme actuelle du gouvernement qui joue essentiellement sur les leviers d'âge. Voici les 3 pistes de réflexion qu'avance l'amendement:

1° Les conditions d'une plus grande équité entre les régimes de retraite légalement obligatoires ;

2° Les conditions de mise en place d'un régime universel par points ou en comptes notionnels, dans le respect du principe de répartition au coeur du pacte social qui unit les générations;

3° Les moyens de faciliter le libre choix par les assurés du moment et des conditions de leur cessation d'activité.

L'alinéa 2 est le point fondamental, puisqu'il ouvre la voie à un système par points à la scandinave, réclamé notamment par la CFDT. Le sénateur centriste Jean Arthuis s'en réjouit:

«Ce qui a été voté était inespéré il y a trois semaines. Fin septembre, le gouvernement ne voulait pas entendre parler de l'évocation d'une réforme systémique parce que c'était reconnaître les faiblesses de sa propre réforme.»

Le ministre du Travail Eric Woerth s'est contortionné au Sénat pour défendre ce changement de cap du gouvernement:

«Trois possibilités s'offraient à nous pour réformer le système des retraites. Nous pouvions baisser les pensions, mais nous l'avons refusé. Nous refusons aussi la hausse des cotisations et des impôts. Nous avons donc choisi de prolonger la vie active. On ne peut faire croire qu'en basculant sur un régime par points, tous les problèmes seraient réglés. Il faut avant tout revenir à l'équilibre. La réforme d'abord, la réflexion sur une réforme systémique ensuite!»

La CFDT se réjouit modérément de cette timide avancée vers un système par points, comme le déclare au Figaro le «M. Retraites» du syndicat, Jean-Louis Malys:

«Cela ne change rien à notre vision de la réforme, donc à notre attitude. Le gouvernement s'y prend à l'envers: il termine la réforme en acceptant que l'on pose les questions qu'on aurait dû poser avant! Comme depuis le début, nous engrangeons tout ce que nous pouvons engranger.»

Photo: Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte