Monde

Des nationalistes essayent d'infiltrer le Tea Party

Temps de lecture : 2 min

La question de savoir si le mouvement du Tea Party américain est raciste revient régulièrement dans les médias du pays. Selon un nouveau rapport publié par une organisation de défense des Droits de l’homme classée à gauche, des petites organisations de nationalistes blancs essayent de se joindre au mouvement du Tea Party pour pousser ses adhérents vers «une suprématie blanche plus consciente et idéologique».

Le rapport, dont les conclusions ont été approuvées par la National association for the advancement of colored people (NAACP, la principale organisation américaine de défense des droits civiques), reconnaît le fait que le courant principal du Tea Party, mouvement populaire partisan du libertarianisme et du moindre Etat et opposé à Barack obama, a publiquement dénoncé le racisme et poussé vers la sortie des membres médiatiques ouvertement racistes.

Mais il affirme que «des réseaux affiliés de manière diffuse en ligne ou au niveau local à travers le pays» essayent de se joindre au mouvement pour en influencer les membres avec leurs opinions. Le président de la NAACP, Benjamin Jealous, précise que son organisation ne «qualifie pas le tea party de raciste» mais lui «demande de répudier les racistes en son sein».

Photo: Un suprémaciste blanc est arrrêté après une manifestation à Paris, Texas en 2009, REUTERS/Jessica Rinaldi

Slate.fr

Newsletters

Comment détecter une caméra cachée dans votre Airbnb

Comment détecter une caméra cachée dans votre Airbnb

N'ayez crainte, ça n'arrive pas (trop) souvent.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Incendie à Notre-Dame, publication du rapport Mueller et confirmation du candidat de l'opposition à la tête de la mairie d'Istanbul... La semaine du 13 avril en images. 

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Aux États-Unis, plus de soixante professionnel·les de la santé ont été arrêté·es pour prescription illégale d'antidouleurs.

Newsletters