Monde

Mexique: l'étudiante qui défie les narcos

Slate.fr, mis à jour le 20.10.2010 à 15 h 31

Mexico - Jalisco State Police POLICIA ESTATAL

Mexico - Jalisco State Police POLICIA ESTATAL

Elle s'apelle Marisol Valles García. Elle a 20 ans. Et, pour El País, c'est la femme la plus courageuse du Mexique. Cette jeune étudiante en criminologie a été nommée chef de la police de Guadelupe, à côté de Ciudad Juarez, et dans la vallée de Juarez, un territoire que se disputent depuis trois ans les cartels de la drogue les plus dangereux du Mexique.

Marisol était la seule candidate pour devenir chef de police: personne n'osait réclamer ce poste, particulièrement redoutable. Ciudad Juárez, à une centaine de kilomètres de là, est tristement connue pour la criminalité qui la ravage: chaque année 2.600 personnes y sont assassinées sans que la police ne parvienne à identifier les responsables. En avril 201, Marc Fernandez, pour Slate.fr décrivait la situation ainsi:

Avec son million et demi d'habitants, ses maquiladoras (les usines d'assemblage qui emploient une majorité d'ouvrières pour 4 dollars par jour) et ses trois ponts enjambant le Rio Bravo (Rio Grande pour les gringos), Ciudad Juárez est un point de passage obligé pour le trafic de drogue.

Et ce n'est pas la seule ville dangereuse dans la région: le 16 octobre, le commissaire municipal de El Porvenir, village qui appartient à la municipalité de Praxédis, et son fils, ont été assassinés.

Et rien que la semaine dernière, explique Globovision, les autorités ont enregistré au moins huit homicides à Guadalupe, située dans une zone de fort transit pour le trafic de drogue et d'êtres humains vers le Texas.

Marisol Valles García étudie la criminologie à Ciudad Juarez. Ce n'est pas une fille sans peur, mais une fille courageuse.

«Ici tout le monde a peur, nous avons tous peur, mais il faut transformer cette peur à travers la sécurité

Afin de faire partager ses valeurs par ses voisins, la nouvelle chef de la police de Práxedis s'est fait prendre en photo dans son bureau, le visage découvert.

«Je ne viens pas pour les délinquants, mais pour les enfants, les jeunes et les adultes, je viens pour une famille meilleure», a déclaré la jeune fille, citée par El Sol de Mexico. Sa devise de travail, ce sont les valeurs morales.

«Si le narcotrafic possède déjà ses héroïnes, réelles ou fictives, la reine du Pacifique ou Teresa Mendoza, personnage du livre de Arturo Pérez Reverte, conclut El País, maintenant la bonne face de la loi possède une jeune fille de 20 ans nommée Marisol Valles.»

Photo: Mexico - Jalisco State Police POLICIA ESTATAL, conner 395 via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte