Monde

Battez votre femme, mais effacez les traces

Slate.fr, mis à jour le 19.10.2010 à 12 h 48

Battre sa femme et ses enfants, d'accord. Mais surtout, ne pas laisser de trace ni sur la peau de sa dulcinée, ni sur celle de sa progéniture. 

C'est ce qu'a décrété la Cour suprême fédérale des Emirats Arabes Unis, à la suite du procès d'un Emirati qui avait battu en public sa femme et sa fille, un peu trop violemment au goût de ses compatriotes. «Même si [la loi] permet au mari de battre sa femme pour [la discipliner], il doit contrôler sa force», a déclaré le juge principal, Falad-al-Hajeri, dont les propos ont été rapporté par l'AFP.

De plus, l'islam interdit de battre les enfants qui ont dépassé l'âge pubère. Or la fille de l'homme au coeur du procès vient de fêter ses 23 ans. Parce qu'il a «laissé des traces» sur sa femme et qu'il n'a pas pris l'âge de sa fille en considération –et non pas parce qu'il les a battues–, la cour islamique des Emirats Arabes Unis l'a condamné à une amende équivalente à 136$ (98 euros). Selon le Guardian, l'Emirati a saisi la Cour de Dubai afin de faire appel. 

«De manière générale, les Emirats Arabes Unis ont fait des progrès en promouvant l'éducation des femmes, [en les encourageant à devenir] entrepreneures et à participer en politique», rappelle le Guardian. D'ailleurs, le quotidien britannique donne la parole à Jihad Hashid Brown, directeur de recherche pour la Fondation Tabah, afin qu'il explique ce que préconise le Coran pour les femmes. «La Sharia interdit de battre sa femme. C'est illégal d'insulter la dignité de sa femme. Ça, c'est si on regarde les traditions [musulmanes] comme un tout: le Coran, les Hadith et les textes des juristes islamiques.» Le docteur Jassim al-Shamsi, doyen du collège de loi à l'université des Emirats Arabes Unis et aussi cité par le Guardian, souligne que le Coran prêche l'amour et le respect entre mari et femme. «Comment l'un d'entre vous peut battre sa femme comme il bat le chameau et ensuite l'enlacer?» peut-on aussi lire dans le Coran. Avant de battre sa femme, le Coran exige que le mari passe par deux étapes préalables: d'abord, la gronder, ensuite quitter son lit.

Pour le Huffington Post, «la décision de la Cour Suprême Fédérale montre la forte influence de la loi islamique dans les Emirats, en dépit de sa bonne réputation internationale, le nombre d'étrangers [vivant aux Emirats Arabes Unis] surpassant largement celui de la population locale».

Photo: n501992757_51648_7270 par Ranoush via Flickr CC, License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte