Life

La tyrannie PowerPoint

Slate.fr, mis à jour le 18.10.2010 à 10 h 42

Extension du domaine de la lutte, de Philippe Harel

Extension du domaine de la lutte, de Philippe Harel

«PowerPoint nous rend stupides», déclarait en avril lors d'une conférence le chef des Marines américains James N. Mattis. Le bureaucrate des années 2010 serait-il en train de s'émanciper de ce logiciel hégémonique apparu en 1987? Franck Frommer, ancien journaliste reconverti dans un grand groupe financier, veut y croire. Il publie La pensée Powerpoint. Enquête sur ce logiciel qui rend stupide, livre sur lequel Le Monde Magazine l'a longuement interviewé.

Franck Frommer constate l'hégémonie de Powerpoint qui a progressivement remplacé toutes les autres formes de compte-rendus dans l'entreprise:

«Dans l'entreprise, on ne peut plus avoir de relation de travail, à un certain niveau de responsabilités, sans savoir utiliser PowerPoint (Ppt). Dès qu'on doit discuter ou vendre un projet, répondre à un appel d'offres, prendre une décision ou échanger avec les collègues dans l'entreprise, les partenaires, les fournisseurs, les clients, les consultants à l'extérieur, on utilise ce logiciel. Ce qui pourrait n'être qu'une simple note de deux ou trois pages se transforme en Ppt. On vous dit: "Un PowerPoint devrait suffire…"»

Selon Frommer, le logiciel a un impact fort sur la vie de l'entreprise, faisant s'introduire le marketing jusque dans les relations avec ses collègues de bureau. Car PowerPoint, c'est avant tout un art du slogan:

«Pour faire entrer ce que l'on veut dire dans le cadre très contraignant de la dizaine de maquettes proposées, il faut couper, recouper les phrases, éliminer tous les liens logiques. Bon nombre d'ingénieurs, de managers, de financiers se plaignent de passer des heures à "faire de la slide" plutôt que de se consacrer à leur activité de base. A trouver des titres courts, des listes qui permettront de tout dire sur une seule slide, des astuces, des jeux de mots, une bonne image pour illustrer, à faire attention à la reproduction du logo de l'entreprise…»

Peut-on déclencher une guerre sur la foi d'un PowerPoint? C'est ce qu'avait fait l'ex-secrétaire d'Etat américain à la défense Colin Powell qui avait vendu sa guerre en Irak avec un PowerPoint devant le Conseil de sécurité de l'ONU avec «force images floues, scénographie, et textes assertifs». Depuis la critique de PowerPoint s'est insinué dans le commandement américain, comme l'explique Franck Frommer:

«L'activité de nombreux militaires aujourd'hui consiste à fabriquer des diaporamas. Les plans d'attaque sont des slides. L'avenir de l'Afghanistan est un schéma illisible, une sorte de plat de spaghettis dont le New York Times s'est moqué. "Quand nous aurons compris cette slide, nous aurons gagné la guerre !", s'est écrié celui qui dirigeait les forces américaines en Afghanistan, le général McChrystal, qui a même accusé Ppt d'être devenu le principal ennemi de l'armée des Etats-Unis. Car il peut créer l'illusion de la compréhension et du contrôle. Or, certains problèmes du monde ne sont pas "bulletisables". Les listes de points forts ne tiennent pas compte des relations complexes entre forces politiques, économiques, ethniques. Elles étouffent la discussion, la prise de décision raisonnée.»

Photo: Extension du domaine de la lutte, de Philippe Harel

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte