Monde

Après l’échec de l'intégration à la française, la mort du Multikulti allemand

Temps de lecture : 2 min

Samedi, la chancelière allemande Angela Merkel a prononcé un discours choc devant les jeunes chrétiens démocrates réunis à Postdam.

Le credo «Multikulti» (multiculturel) —«Nous vivons maintenant côte à côte et nous nous en réjouissons»– a «échoué, totalement échoué». Réaffirmant que l’Allemagne est un pays ouvert, la chancelière a néanmoins ajouté: «Nous n'avons pas besoin d'une immigration qui pèse sur notre système social.»

France Info relève la similitude des discours d’Angela Merkel et Nicolas Sarkozy:

«Le discours de la chancelière allemande fait aussi écho à celui prononcé le 30 juillet dernier par Nicolas Sarkozy à Grenoble lors de la prise de fonction du nouveau préfet de l’Isère. "Nous subissons les conséquences de 50 années d’immigration insuffisamment régulée qui ont abouti à un échec de l’intégration", avait alors déclaré le chef de l’Etat. Ajoutant ensuite que le système d’intégration français "ne marche plus"

L’intervention d’Angela Merkel s’inscrit dans un climat tendu en Allemagne. Le débat sur l'immigration divise le pays depuis la publication de L'Allemagne se défait, un pamphlet signé par un haut fonctionnaire, Thilo Sarrazin, qui affirme que l’Allemagne «s'abrutit» sous le poids des immigrés musulmans.

L’AFP relève que, si le personnel politique a condamné les propos de Sarrazin, l’opinion publique semble adhérer à ses thèses:

«Une étude publiée cette semaine montre même que plus de 50% d'entre eux tolèrent mal les musulmans. Plus de 35% estiment que l'Allemagne est "submergée" par les étrangers et 10% que l'Allemagne devrait être dirigée "d'une main ferme" par un "Führer". »

Pour la BBC, la chancelière est «confrontée à la pression exercée par la CDU et ses alliés pour qu’elle fasse preuve de plus de fermeté et qu’elle exige des immigrants de faire davantage pour s'adapter à la société allemande. Plus tôt cette semaine, Horst Seehofer, le chef du parti de la CDU bavaroise, la CSU, a déclaré qu'il était "évident que les immigrants de différentes cultures comme la Turquie et les pays arabes, dans l'ensemble, plus de mal" à intégrer».

Vendredi, Horst Seehofer avait insisté: «Nous nous engageons pour la culture de référence allemande et contre le multiculturel. Le Multikulti est mort.»

Fin septembre, Newsweek avait fait sa une sur la montée d’une droite dure en Europe, en choisissant une photo de Nicolas Sarkozy. Newsweek relevait qu’en Europe, «les politiques de Gemeinschaft (communautaire) remplacent les politiques de Gesellschaft (la société)». Le magazine américain soulignait également qu’en Allemagne, les socio-démocrates jouaient avec les mêmes peurs qu’en France, «accusant la chancelière Angela Merkel d’échouer à accélérer l’intégration obligatoire des immigrés».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo: Angela Merkel accueille Nicolas Sarkozy, le 14 juin 2010 à Berlin. REUTERS/Thomas Peter

Newsletters

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

Comme sur Mars il y a des milliards d'années, Hunga Tonga s'est formé en présence d'eau.

L'Ukraine a une capacité de résistance que la Russie ne devrait pas sous-estimer

L'Ukraine a une capacité de résistance que la Russie ne devrait pas sous-estimer

Devant l'échec annoncé des négociations, la Russie menace de passer à l'offensive en Ukraine. Mais même si l'Ukraine cède, le contrôle du pays par Moscou est loin d'être assuré.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio