Life

Le téléphone portable, détecteur d'épidémies

Slate.fr, mis à jour le 16.10.2010 à 8 h 37

Votre téléphone portable utile pour la santé publique? C’est ce que montre une étude dirigée par Anmol Madan du Massachusetts Institute of Technology citée par le New Scientist.

L’un des points essentiel en épidémiologie est de savoir détecter qu’une épidémie est en train de se développer, pour pouvoir prévenir sa propagation. Le chercheur et son équipe sont donc partis d’une idée assez simple: quand on tombe malade, notamment lorsqu’on attrape une grippe, on change de comportements quotidiens: on n'est plus fatigué, on se couche plus tôt, on dort mal, on n'est moins actif le matin, on n'est moins enclin à communiquer avec les autres et on se déplace moins. Et notre utilisation du portable peut donc se trouver modifiée par notre infection et donc être révélatrice de notre état de santé.

Madan et ses collègues ont équipé 70 étudiants de téléphones portables dotés d’un logiciel permettant de prévenir les chercheurs, de façon anonyme, des mouvements des étudiants, de leurs coups de fils ainsi que des textos envoyés. Les «cobayes» remplissaient également une fiche quotidienne sur leur état physique et mental. Ils les ont suivis pendant 10 semaines en 2009.

Résultat? Certains étudiants ont attrapé la grippe, ont eu de la fièvre. Et les chercheurs ont su le détecter grâce aux données recueillies via les portables à 90%. Dans ces moments-là, les étudiants se sont moins déplacés et ont moins passé de coups de fil le soir et tôt le matin.

L’étude menée par Madan laisse entrevoir des applications pratiques. Cela pourrait être utilisé à l’échelle individuelle pour surveiller les personnes seules, en imaginant de prévenir une personne référente en cas de signaux qu’elle se déplace moins, communique moins et est donc potentiellement malade.

Cette technique pourrait également être utilisée au niveau national, pour mesurer l’avancée de maladies comme la grippe. Actuellement, cela est mesuré grâce aux indications données par les médecins généralistes (en France, il s’agit du réseau Sentinelle). L'étude des comportements de communication pourrait permettre de compléter les observations médicales, d'autant plus que le portable est de plus en plus utilisé dans le monde. En 2009, plus de 4.500.000.000 personnes dans le monde avaient un téléphone portable, selon les chiffres fournis par l’International Telecommunication Union. Le téléphone portable connaît une croissance très importante dans les pays en voie de développement.

Néanmoins, cette étude paraît alors qu'une autre connaît un regain médiatique. Parue en juillet, elle indique que les écrans tactiles des smartphones peuvent être de très bons vecteurs de germes et de maladies, dont la grippe. Nous avons l'habitude d'être en contact de germes, mais la pratique induite par les écrans tactiles (passer le doigt sur l'écran et partager davantage son portable, notamment pour montrer ses photos à ses amis) pourrait diffuser plus largement les maladies. Mais, indique Fabien Squinazi, directeur du laboratoire d'hygiène de la ville de Paris, à 20minutes.fr,  il ne «faut pas stériliser tous les objets autour de nous et vivre dans un milieu aseptisé». A priori, la solution est simple et connue de tous: se laver régulièrement les mains...

Photo: Not a fan....Cell phone screens @ game / Michael via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte