Monde

Que fait la police? Lisez Twitter

Slate.fr, mis à jour le 15.10.2010 à 18 h 16

Croyez-le ou non: sous leurs chapeaux si british, les policiers anglais ne cacheraient pas un crâne dégarni mais un... iPhone. La police de la région du Grand Manchester a créé trois comptes twitter -gmp24_1, gmp24_2 et gmp24_3. Trois comptes clones cumulant 41.951 followers. 

Objectif? «Twitter pendant 24 heures tous les incidents que nous rencontrons dans une journée type», explique Peter Fahy, chef officier de la Police de Great Manchester sur Youtube –décidément, les nouveaux médias n'ont plus de secret pour la police britannique. «Nous voulions que les citoyens comprennent mieux le quotidien des policiers», ajoute-t-il. A l'AFP, il a souligné que les policiers pouvaient s'occuper des histoires les plus sérieuses aux plus ridicules.

L'expérience est désormais terminée. En 24 heures, 3.205 tweets ont été envoyés par des policiers dotés d'un smartphone ou qui envoyaient leurs messages depuis un ordinateur, 341 personnes ont été arrêtées dont 126 sont en garde-à-vue. Les internautes ont été nombreux à soutenir l'initiative de la police, comme le montre le forum de soutien créé par des internautes, l'enthousiasme de certains ou encore des remerciements sans fin qu'affiche le nouveau compte des policiers – car ils en ont créé un autre, qui a vocation, celui-ci, à durer plus d'une journée. Les followers en profitent pour demander des précisions sur quelques cas précis ou commencent des conversations de fond...

Permettre aux citoyens de s'intéresser de plus près au travail des policiers? Mission accomplie, chef. Prouver que police peut rimer avec nouvelles technologies? Mission toute aussi réussie, chef. Montrer qu'un budget un peu plus souple serait le bienvenu dans les commissariats des policiers de Great Manchester? Selon CNN, le message a été, sinon entendu, du moins envoyé.

Et parce que leurs tweets étaient du genre on-ne-rit-pas-sous-le-képi, un autre compte Twitter a été créé par de petits rigolos: même concept, autres appels d'urgence. Cette fois-ci, la police signale «un adolescent agressé parce qu'il écoutait Justin Bieber», «une femme vendant de la drogue dans la pharmacie Lloyd», «des mamies hooligans qui interrompent le trafic en jettant du fil à tricoter sur la route»...

Photo: Young men in uniform, par Steve Punter sur Flickr.com, License by
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte