Economie

Toujours plus de bonus à Wall Street

Slate.fr, mis à jour le 12.10.2010 à 16 h 23

Le gouvernement américain supprime des emplois et le secteur privé embauche au ralenti, mais un secteur de l’économie se porte plutôt bien: Wall Street. Business Week rapporte que la moitié des Américains travaillant dans le secteur des services financiers s’attend à recevoir un bonus plus élevé que l’année dernière, qui représentait déjà une année record en termes de bonus dans certaines entreprises. «Il y a eu beaucoup d’activité de recrutement cette année, et cette activité contribue à rendre les attentes plus élevées, a déclaré un analyste. Il faut toujours payer pour récompenser la performance, et pour garder un avantage compétitif.» Goldman Sachs a ainsi mis de côté 9,3 milliards de dollars (6,7 milliards d’euros) pour compenser ses employés au cours des six premiers mois de l’année.

Selon une étude du Wall Street Journal, les bonus de Wall Street devraient battre le record de l’année dernière. Selon le quotidien new-yorkais, les 35 plus grosses entreprises du secteur financier (banques, banques d’investissement, maisons de courtages sociétés de services financiers) devraient payer 144 milliards de dollars (104 milliards d’euros) en rémunérations variables, soit une augmentation de 4% par rapport aux 139 milliards de dollars distribués l’année dernière. Les bonus devraient augmenter pour 26 des 35 entreprises étudiées.

Le Monde souligne que, malgré les critiques, aucune limitation des bonus n’a été mise en place depuis la crise financière:

«La question de la rémunération des financiers de Wall Street fait polémique depuis la crise financière en raison de leur montant exorbitant, alors que les autorités fédérales ont injecté des milliards de dollars pour voler au secours de plusieurs grands noms de la finance. Les autorités américaines ont rendu publique en juin leur directive destinée à guider les banques dans leur politique de primes et de bonus, mais ces nouvelles consignes restent assez générales et ne comportent aucune obligation de limiter la rémunération des employés du secteur bancaire.»

Le Wall Street journal rapporte que les revenus devraient croître dans 29 des 35 entreprises étudiées, mais à un rythme plus faible que les salaires. Au total, Wall Street devrait reverser 32,1% de ses revenus à ses employés, soit la même proportion que l’année dernière, mais un niveau en dessous des 36% de 2007.

Photo: L'immeuble de la Bourse de New York Lucas Jackson / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte