Monde

Réforme du système de santé: et si les Américains mangeaient mieux?

Slate.fr, mis à jour le 12.10.2010 à 14 h 35

Vous vous souvenez sûrement du documentaire Super Size Me, où le réalisateur –Morgan Spurlock– s'était mis en tête de n'engloutir rien d'autre que des hamburgers McDonald's pendant 30 jours, afin de démontrer aux Américains les effets de la malbouffe.

Parmi les experts de la nutrition qui s'inquiétaient de la détérioration de l'état de santé de Spurlock, il y avait John Robbins. L'auteur de livres à succès sur la nutrition signe aujourd'hui un article sur le Huffington Post. «L'alimentation américaine standard n'est rien d'autre qu'une parodie de la santé», lance-t-il théâtralement.

Oh non. Encore un de ces gourous des régimes qui cherche à nous culpabiliser avec leurs compteurs de calories et leur phobie du gras? Pas vraiment. Robbins tente de placer la question d'une alimentation saine au coeur des débats sur la réforme du système de santé. «Cette année, nous avons dépensé plus de 2,5 trillions de dollars [plus de 1.800 milliards d'euros]. Mais en 1950, cinq ans avant que Ray Kroc n'ouvre le premier McDonald's, les Américains n'ont dépensé que 8,4 milliards de dollars!», remarque Robbins.

Robbins refuse néanmoins de pointer du doigt McDonald's et préfère expliquer qu'«à cause de ces maladies largement évitables, les Américains perdent non seulement la santé mais aussi leurs économies». Puis il ajoute: «Pour améliorer leur santé de façon efficace [et pour éviter ces coûts], les gens n'ont qu'à manger plus sainement

Dans une Amérique où «toutes les 30 secondes, quelqu'un fait faillite à cause des frais médicaux», l'idée est plutôt séduisante. Surtout que même si leurs frais médicaux sont parmi les plus importants au monde, «les Américains ne sont que 36e sur le classement des pays dont les citoyens sont en bonne santé, selon l'Organisation mondiale de la santé». 

Une situation que le gouvernement des Etats-Unis tente de changer. Depuis quelques années, les campagnes anti-obésité se multiplient aux Etats-Unis. Par des affiches dans le métro, certes, mais surtout via des spots télévisés. Certains sont très controversés, comme celui que cite Robbins dans son article. On y voit un homme, de forte corpulence, sur la table du médecin légiste. Une femme, apparemment sa compagne, pleure et le médecin semble lui expliquer les raisons du décès. Le cadavre tient encore à la main le reste d'un hamburger. «Fort taux de cholestérol, augmentation de la pression artérielle, attaques cardiaques. Ce soir, mangez végétarien», conclut la vidéo.

John Robbins se demande si elle ne va pas un peu trop loin, si elle n'est pas «un peu trop manipulatrice». Même si, en effet, le spot est légèrement morbide et caricatural, il a au moins le mérite d'avoir su toucher les Américains: plus d'un million d'entre eux auraient vu la vidéo en quelques jours.

Et si dans un pays où 63% des Américains sont en surpoids ou obèses et où, raconte Robbins, «les enfants peuvent reconnaître McDonald's avant de pouvoir parler», tous les moyens étaient bons pour éloigner les Américains du surplus de gras et donc du surplus des coûts médicaux? 

Photo: Four people / Colin Palmer Licence CC by

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte