Monde

Conduire sans les mains ni les pieds

Temps de lecture : 2 min

Dans quelques années, l'examen du permis de conduire ne sera peut-être plus qu'un désagréable souvenir. Via une note sur son blog officiel, Google a dévoilé son nouveau projet: construire une voiture qui se conduit toute seule, rapporte le New York Times.

Les premiers tests ont été concluants : non seulement la Toyota Priusdotée d'un petit cylindre cocasse– a parcouru 140.000 miles (environ 225.308 kilomètres) sans intervention humaine, mais en plus elle n'a connu aucun accident, si ce n'est qu'elle a été une fois emboutie par l'arrière. «Erreur humaine!», lui a pardonné le site Mashable.

La nouvelle invention de Google présente plusieurs avantages, outre la possibilité d'avoir les mains libres pour tweeter ou celle d'être saoul «au volant». La voiture ne dépasse jamais les limites de vitesse –elles sont inscrites dans sa database–, une voix féminine «et plaisante» peut sortir d'un microphone afin d'alerter les piétons ou le conducteur en cas de défaillance du système. Mashable s'enthousiasme déjà, expliquant que la Toyota Prius de Google permettra de réduire les embouteillages ainsi que la consommation de carburant.

Pour Google, le but est surtout d'assurer la sécurité des conducteurs et de diviser par deux le nombre mondial de morts sur les routes (1,2 million par an). D'ailleurs, Google est optimiste: «Même si ce projet est encore au stade expérimental, il permet d'entrapercevoir ce que seront les moyens de transports du futur. Et ce futur semble bien passionnant.»

Un futur pas si proche. Le NYT considère qu'il faudra encore huit ans pour que la voiture de Google se banalise. Google préfère en effet prendre son temps: l'idée de commercialiser sa dernière invention n'est même pas à l'ordre du jour.

Photo: Google car and CCTV in Hove! - Stevepurkiss sur Flickr.com, License by

Slate.fr

Newsletters

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

Perdus, volés ou vendus, des équipements historiques ont échappé au fil du temps au contrôle de l’agence spatiale.

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

En Chine, l’industrie du vélo en libre-service est si florissante que des milliers de bicyclettes fanent aux quatre coins des villes.

Newsletters