Monde

Les ministres russes devront fumer en cachette

Temps de lecture : 2 min

Москва не курит, Yandex.ru
Москва не курит, Yandex.ru

Mardi 5 octobre 2010, Vladimir Poutine a fait un coup d'éclat. La bataille dans la coulisse pour le pouvoir avec Dmitri Medvedev doit l'affecter et le rendre encore plus autoritaire. Avant même que le Conseil des ministres ne débute, il a demandé aux membres de son gouvernement s'ils fumaient.

La plupart se sont mis à rire, d'autres ont baissé la tête et trois d'entre eux ont osé lever la main.

«Un, deux, trois...» a compté calmement le premier ministre russe. Avant de s'énerver: «C'est trop!». Et la sentence est tombée: cigarettes au placard et patch de nicotine dans la poche pour messieurs les fumeurs. Cela n'est pas sans rappeler les heures de la dictature soviétique.

Ce n'est pas la santé de ses ministres qui inquiète terriblement Vladimir Poutine. Plutôt la santé des Russes qui, elle, le préoccupe sérieusement et pour cause. Car au total, 44 millions de Russes sont concernés par le tabagisme actif. Et chaque année, 400 000 d'entre eux meurent. Un chiffre plutôt fâcheux en pleine crise démographique. Et sans parler de l'alcoolisme.

«Il faut combattre par l'exemple !», a martelé le premier ministre en regardant droit dans les yeux les trois ministres fautifs. Depuis ses débuts en politique, Poutine a toujours pris le problème du tabagisme très à coeur. D'abord, en durcissant la campagne anti-tabac. Fini les affiches kitsch dans le métro qui faisaient bien rire les Russes! Aujourd'hui, la télévision locale diffuse des publicités à faire frémir: poumons éventrés, veines recrachant du goudron... Mais il n'est pas facile d'effrayer les Russes dont l'espérance de vie a baissé au cours des dernières années...

D'ailleurs, Poutine ne se contente pas de simple prévention. Le mois dernier, il a aussi signé un véritable plan de guerre contre le tabac: interdiction progressive de fumer dans les transports et certains lieux publics (hôpitaux, écoles, restaurants, salles de spectacles), ou encore proscription de la publicité incitative, sans oublier les taxes sur les cigarettes, multipliées par dix en deux ans... Grâce à ces mesures, le premier ministre espère voir le nombre de fumeurs en Russie baisser de 25% d'ici 2015.

Un objectif bien ambitieux. Car éteindre les briquets de ses compatriotes s'annonce vraiement difficile pour Vladimir Poutine, lui qui a déjà maîtrisé très difficilement les incendies russes cet été.

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters