France

Les enseignants se relèveront-ils du coup de massue de 2003?

Temps de lecture : 2 min

Free School Child's Hands Choosing Colored Pencils / D. Sharon Pruitt via Flickr
Free School Child's Hands Choosing Colored Pencils / D. Sharon Pruitt via Flickr CC License by

Emmanuel Davidenkoff, directeur de la rédaction de l'Étudiant et chroniqueur sur France Info, s'interroge sur son blog sur le «coup sur la tête» qu'ont pris les enseignants et professeurs après la mobilisation contre la réforme des retraites Fillon en 2003. Le monde de l'éducation garde la mauvaise impression de s'être fait avoir lors des négociations, comme l'explique le journaliste:

En «off», plusieurs dirigeants syndicaux confiaient pourtant à l’époque que la sortie de mouvement, négociée par Nicolas Sarkozy appelé à la rescousse d’un binôme ministériel complètement dépassé (Ferry/Darcos), n’avait pas été si mauvaise que cela. Mais ils avouaient d’un même souffle qu’ils craignaient de ne pas réussir à la vendre comme une victoire à leurs troupes. C’est exactement ce qui s’est produit, la décision du gouvernement Raffarin de ne pas négocier le paiement d’une partie des jours de grève, comme il était d’usage sur ces conflits aussi longs, n’ayant rien arrangé.

Depuis, constate Emmanuel Davidenkoff, les enseignants et les profs sont «atones», avalant sans trop broncher les différentes couleuvres que leur imposent les gouvernements succesifs: réduction d'effectif, remise en cause des symboles du «pédagogisme», politique sécuritaire... Le journaliste voit dans cette atonie le symbole de «l’impuissance de la gauche politique ou syndicale à reformuler un projet fédérateur pour l’école».

Le mouvement contre la réforme des retraites de Sarkozy peut-elle sortir le syndicalisme enseignant de son marasme? Davidenkoff croit à la possibilité d'un conflit social majeur. À la réserve près que «la perspective de prendre un nouveau coup de massue risque fort de doucher les enthousiasmes».

Photo: Free School Child's Hands Choosing Colored Pencils / D. Sharon Pruitt via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters