France

Les enseignants se relèveront-ils du coup de massue de 2003?

Temps de lecture : 2 min

Free School Child's Hands Choosing Colored Pencils / D. Sharon Pruitt via Flickr
Free School Child's Hands Choosing Colored Pencils / D. Sharon Pruitt via Flickr CC License by

Emmanuel Davidenkoff, directeur de la rédaction de l'Étudiant et chroniqueur sur France Info, s'interroge sur son blog sur le «coup sur la tête» qu'ont pris les enseignants et professeurs après la mobilisation contre la réforme des retraites Fillon en 2003. Le monde de l'éducation garde la mauvaise impression de s'être fait avoir lors des négociations, comme l'explique le journaliste:

En «off», plusieurs dirigeants syndicaux confiaient pourtant à l’époque que la sortie de mouvement, négociée par Nicolas Sarkozy appelé à la rescousse d’un binôme ministériel complètement dépassé (Ferry/Darcos), n’avait pas été si mauvaise que cela. Mais ils avouaient d’un même souffle qu’ils craignaient de ne pas réussir à la vendre comme une victoire à leurs troupes. C’est exactement ce qui s’est produit, la décision du gouvernement Raffarin de ne pas négocier le paiement d’une partie des jours de grève, comme il était d’usage sur ces conflits aussi longs, n’ayant rien arrangé.

Depuis, constate Emmanuel Davidenkoff, les enseignants et les profs sont «atones», avalant sans trop broncher les différentes couleuvres que leur imposent les gouvernements succesifs: réduction d'effectif, remise en cause des symboles du «pédagogisme», politique sécuritaire... Le journaliste voit dans cette atonie le symbole de «l’impuissance de la gauche politique ou syndicale à reformuler un projet fédérateur pour l’école».

Le mouvement contre la réforme des retraites de Sarkozy peut-elle sortir le syndicalisme enseignant de son marasme? Davidenkoff croit à la possibilité d'un conflit social majeur. À la réserve près que «la perspective de prendre un nouveau coup de massue risque fort de doucher les enthousiasmes».

Photo: Free School Child's Hands Choosing Colored Pencils / D. Sharon Pruitt via Flickr CC License by

Newsletters

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Newsletters