Life

Alcool et grossesse ne seraient pas si incompatibles

Slate.fr, mis à jour le 06.10.2010 à 16 h 08

wine glass

wine glass

Bonne nouvelle pour les futures mamans qui ont tendance à succomber au vice de Dyonisos et qui envisagent difficilement de s'en passer. Le Guardian cite une nouvelle étude d'après laquelle une consommation légère d'alcool ne nuirait pas à la santé des enfants. L'abstinence alcoolique pendant neuf mois pourrait donc devenir un souvenir lointain.

L'étude, publiée sur le Journal of Epidemiology and Community Health, révèle que les enfants dont les mères ont consommé une ou deux unités d'alcool par semaine (par exemple deux verres de 10cl de vin à 12°) pendant leur grossesse n'ont pas de problèmes particuliers jusqu'à leurs 5 ans. Ces enfants n'ont pas de troubles du comportement et leur développement intellectuel est tout à fait normal.

Le temps des campagnes de prévention interdisant totalement l'alcool aux femmes enceintes est peut-être donc compté. Bien sûr, il ne s'agit pas de s'abandonner à une consommation excessive d'alcool. L'étude concerne «la consommation occasionnelle d'alcool» et était là pour vérifier «si elle cause des troubles dans le développement», souligne le docteur Yvonne Kelly, du département d'épidémiologie et de santé publique de l'University College de Londres.

L'étude se base sur 11.500 enfants nés entre septembre 2000 et janvier 2012. Ils ont été répartis en cinq catégories, en fonction de leurs mères:  celles qui ne boivent jamais d'alcool (6%), celles qui ont bu mais pas pendant leur grossesse (60%), celles qui ont eu une consommation légère ou consommation modérée (5,5%), et enfin les femmes qui ont consommé des quantités importantes d'alcool (2,5%).

Les enfants dont les mères ont consommé beaucoup d'alcool pendant la grossesse sont plus susceptibles d'être hyperactifs, ou d'avoir des problèmes comportementaux et émotionnels que ceux dont les mères se sont abstenues. Mais les enfants dont les mères ont consommé de l'alcool de façon modérée ne sont affectés d'aucune façon. Cette dernière catégorie de femmes vient plus particulièrement de milieux favorisés, une donnée qui a été prise en compte dans l'étude. Leurs enfants sont d'ailleurs moins susceptibles, à hauteur de 30%, d'avoir des problèmes comportementaux que ceux des femmes qui n'ont pas bu d'alcool.

Photo: wine glass, Dave Photography via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
vinSantégrossessebébésalcool
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte