France

Tapie, Le Pen, le poker et le tennis-ballon

Slate.fr, mis à jour le 06.10.2010 à 18 h 03

Bernard Tapie a répondu aux allégations de Jean-Marie Le Pen dans une interview délirante à France Info. Le Pen confirmait dans Le Parisien ce mercredi 6 octobre qu'il avait bien eu une rencontre secrète avec Bernard Tapie en 1993 entre les deux tours des élections législatives, ce que révélait le livre Le testament du diable, à paraître cette semaine.

Dans son interview au Parisien, Jean-Marie Le Pen précise qu'il n'y a pas eu d'accord secret entre les deux hommes parce que le Front national avait décidé de maintenir ses candidats partout, mais qu'il y a bien eu une rencontre:

«J’ai joué le jeu en faisant cette révélation. Mais la façon dont elle est exploitée dans le livre ne me plaît guère, surtout quand on prétend que j’ai passé un accord avec Tapie pour le faire élire député dans les Bouches-du-Rhône. C’est vrai, Bernard Tapie est venu chez moi à Montretout, en mars 1993, pendant les législatives, pour discuter de l’entre-deux tours qui se tenait dans la circonscription de Gardanne, où il était candidat.»

Bernard Tapie, qui a toujours nié cette rencontre, est cette fois-ci allé plus loin: au téléphone avec Bernard Thomasson de France Info pour répondre aux allégations de Jean-Marie Le Pen, il a enchaîné les déclarations abracadabrantes.

A-t-il bien vu Jean-Marie Le Pen ce soir-là?

«Bah évidemment, et pas qu'en 93, on est des vieux copains, il faut savoir qu'on se voyait régulièrement parce qu'on jouait au poker ensemble une fois par semaine à Versailles chez lui [...] Quand il était à Marseille, presque tous les jeudis, on faisait des tournois de tennis-ballon, vous savez au Stade-Vélodrome, donc on se voyait sans arrêt [...] Quand je le traitais de gros con, vous vous doutez bien que je le disais pour la galerie, un jour j'ai dit aussi que c'était un salaud, tout ça c'était de la comédie.»

Devant les protestations du journaliste qui lui demande de parler sérieusement et souligne qu'il prend la question sur le ton de l'humour, Bernard Tapie assure que «c'est pas de l'humour ça, c'est de la réalité» et s'exclame:

«Mais non, croyez-moi! Vous savez bien que je ne mens jamais!»

Après avoir dit au passage qu'il était aussi «l'amant de Martine, mais ça, gardez-le pour vous, parce que comme elle est mariée, maintenant, ça ferait désordre», Bernard Tapie remarque que Le Pen intervient dans Le Parisien alors que sort sur lui un livre dont «il a envie qu'il se vende».

Quand le journaliste insiste, il répond enfin:

«Dix-sept ans après, quand même, ça fait du temps, on est encore en train de se parler de nos rendez-vous secrets mais qui étaient pas secrets puisque c'était à Versailles, chez lui directement, au vu et su de tout le monde. Je suis tellement con que, quand je fais un rendez-vous secret, je vais chez lui, vous voyez je suis con quand même!»

Et avant de raccrocher, puisqu'il a fait toute la vérité sur cette rencontre avec son vieux copain Jean-Marie, Bernard Tapie tient à laver son nom d'une autre accusation:

«Y a un livre qu'est en train de se faire, paraît qu'on a trouvé des traces de moi ADN sur le vase de Soissons. Alors là par contre, je démens hein! Là c'est totalement faux!»

Photo: Bernard Tapie auditionné à l'Assemblée nationale / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte