Life

Le bonheur est dans le choix

Slate.fr, mis à jour le 06.10.2010 à 10 h 56

Les moindres choix de votre vie peuvent avoir un effet significatif sur la satisfaction générale que vous ressentez dans votre vie. C'est qu'une large étude vient de démontrer. 

Une des théories du bonheur les plus répandues estime que le bonheur à long terme d'un individu tend à être stable parce qu'il dépend principalement de facteurs génétiques, explique le New Scientist. Cette théorie vient en partie d'études qui montrent que des jumeaux identiques ont des niveaux de satisfaction de vie plus similaires que des jumeaux non-identiques, et suggère donc que, même si votre niveau de satisfaction peut être bouleversé par de grands évènements de votre vie, il retournera à son niveau habituel dans les deux ans suivant l'évènement perturbateur.

Mais une équipe de chercheurs de l'université de Melbourne en Australie a décidé de fouiller le sujet: les scientifiques ont interrogé des Allemands sur leur travail, leur style de vie, leurs activités sociales et religieuses, questionnant 3.000 Allemands par an au début, mais jusqu'à 60.000 Allemands par an à la fin des 25 ans d'étude (seuls les participants suivis pendant au moins dix ans ont été pris en compte dans l'étude). Ils se sont ainsi rendu compte que certains changements de style de vie entraînaient des changements significatifs à long terme sur la satisfaction de vie, et non pas juste des variations temporaires sur un niveau pré-défini de satisfaction.

Quelles sont ces évolutions de style de vie qui affectent tellement notre satisfaction? Une des choses qui a le plus d'effet sur le bonheur d'une personne est le niveau de névrose de son ou sa partenaire... Sinon, l'altruisme et la famille sont des facteurs de satisfaction. Les gens dont les réponses annuelles à l'enquête évoluaient pour donner une plus grande place à la famille et à des comportements altruistes gagnaient en satisfaction de vie à long-terme, au contraire de ceux qui donnaient la priorité au succès matériel et à leur carrière. La religion aurait également un rôle important: les gens qui vont régulièrement sur leur lieu de culte ont aussi tendance à être plus heureux que les autres.

Le poids a un impact différent sur les hommes et les femmes: les femmes sont beaucoup moins heureuses quand elles sont obèses, alors que le surpoids ne semble pas avoir d'effet sur le bonheur des hommes.

Le professeur en charge de l'étude tente d'expliquer pourquoi de nombreuses personnes gardent des priorités qui ne les rendent pas heureux:

«Je pense qu'il est rare que les gens s'asseyent et réfléchissent à ce qui les rend réllement heureux, et qu'ensuite ils cherchent à faire plus de ce qui les rend heureux.»

Photo: Happy baby / dawnzy58 via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte