Monde

Facebook Places, une arme terroriste?

Temps de lecture : 2 min

Le ministère de la Défense britannique diffuse un document dans lequel il conseille à son personnel de ne pas utiliser Facebook Places, un service de géolocalisation lancé récemment en Europe par le célèbre réseau social, révèle The Register. Les autorités militaires craignent en effet que cet outil puisse être utilisé à des fins terroristes.

Lancé il y a trois semaines au Royaume-Uni et jeudi dernier en France, Facebook Places permet de faire connaître à ses amis les lieux où l'on se trouve. Facebook utilise pour cela la technologie de la géolocalisation. Ainsi, s'il active le service, un utilisateur de Facebook peut indiquer à tout moment où il est simplement grâce à un téléphone mobile connecté à Internet. Il peut également voir lesquels de ses amis se trouvent dans les environs.

Le document (PDF) adressé au personnel civil et militaire de l'armée de terre, la Royal Navy et la Royal Air Force indique comment désactiver Facebook Places. Il détaille les raisons de ce qui constitue une simple recommandation, et non un ordre:

«Les réseaux sociaux fournissent déjà un vaste outil open source de collecte de renseignements. Cette application crée pratiquement une réserve unique de cibles, qui pourrait potentiellement être utilisée pour cibler les personnels militaires, leurs familles et amis.»

Les inquiétudes du ministère de la Défense se portent en particulier sur l'Irlande du Nord, où les autorités militaires craignent toujours des actes terroristes de mouvements indépendantistes.

Photo: Facebook Places sur iPhone. David Fisher via Flickr, licence CC

Slate.fr

Newsletters

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il...

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Newsletters