Culture

Larry Clark censuré: «une attaque des adultes contre les ados»

Temps de lecture : 2 min

L'exposition du photographe et réalisateur américain Larry Clark qui commence le 8 octobre au Musée d'art moderne de Paris sera interdite aux moins de 18 ans suite à une décision de la Mairie de Paris qui fait polémique jusqu'au sein de la majorité municipale.

Le photographe américain riposte dans une interview au Monde, parlant de «censure» et dénoncant une «attaque des adultes contre les adolescents»:

«C'est une façon de leur dire: retournez dans votre chambre; allez plutôt regarder toute cette merde sur Internet. Mais nous ne voulons pas que vous alliez dans un musée voir de l'art qui parle de vous, de ce qui vous arrive. Les enfants aiment mon travail, il leur parle. Je trouve qu'on devrait faire le contraire, interdire l'expo aux plus de 18 ans! Je fais ces images pour moi et pour les adolescents. Oui, il y a du sexe et de la nudité, mais ça fait partie de la vie. Dans Tulsa, il y a un jeune garçon qui se regarde en pleine érection. Mais tous les garçons ont fait ça!»

Notre chroniqueur Quentin Girard parvenait aux mêmes conclusions dans son article La nudité adolescente dans l'art, les corps du délit: Larry Clark est la dernière barrière contre Youporn:

«On ne peut que regretter cet acharnement. Le risque est celui d’empêcher toutes représentations artistiques de la sexualité, notamment celle des jeunes. Le dernier rapport visuel au sexe, et qui est déjà majoritaire, deviendrait donc celui de la pornographie, si accessible grâce aux sites en streaming.»

La journaliste du Monde demande également à Larry Clark de répondre aux accusations de pédophilie de certains de ses détracteurs:

«Non, ça ne parle pas de [mon désir]. Peut-être que ça montre que j'aurais aimé être à leur place. Ce garçon, Jonathan Velasquez, que j'ai suivi de 14 à 21 ans, j'aurais adoré être lui. Je suis envieux. Devant mon travail, les réactions sont très différentes. Certains pensent que c'est le boulot d'un vieux dégoûtant. Des enfants viennent et ça leur parle. Mais tout le monde réagit. Et les jeunes qui voudront voir l'expo... dites-leur que c'est l'hiver. Ils mettent une casquette, une écharpe, une fausse moustache, et ils rentreront!»

Interrogé par le site Artinfo, le commissaire de l'exposition au Musée d'art moderne de Paris, Sébastien Gokalp, justifie cette auto-censure par un souci de respecter l'intégrité de l'oeuvre de Larry Clark:

«Nous nous sommes dit que si l’on retirait certaines images, ce ne serait plus Larry Clark. Les mettre derrière un petit rideau rouge, çela devient presque ridicule. L’œuvre de Larry Clark est très cohérente, elle porte sur le passage à l’âge adulte, avec toutes les choses que cela comporte ; l’amour, les armes à feu, la drogue, la sexualité. Tout ça se mélange, et c’est toujours très présent. C’est un monde très tendu, un moment de la vie qui est particulièrement dur, et cela porte le travail de Larry Clark. Alors nous gardons l’œuvre dans son intégralité et, à ce moment là, nous sommes obligés d’interdire l’accès aux mois de 18 ans.»

Photo: Untitled, 1968. © Courtesy of the artist, Luhring Augustine, New York and Simon Lee Gallery, London

Newsletters

2020 a été si chaotique que l'Oxford Dictionary a choisi plusieurs mots de l'année

2020 a été si chaotique que l'Oxford Dictionary a choisi plusieurs mots de l'année

En temps normal, seul un terme est désigné par le dictionnaire britannique pour résumer l'année écoulée.

La meilleure amie racisée, figure facile pour faire croire à la diversité dans les séries

La meilleure amie racisée, figure facile pour faire croire à la diversité dans les séries

S'il y a des personnages non-blancs dans les séries en 2020, ils sont le plus souvent érigés en figures secondaires.

Ce qu'il restera de «Dix pour cent», ce sont ses personnages féminins

Ce qu'il restera de «Dix pour cent», ce sont ses personnages féminins

[ATTENTION SPOILERS] Une héroïne lesbienne iconique, un discours moderne sur le sexisme du cinéma français… voilà ce que l'on retiendra de la série créée par Fanny Herrero.

Newsletters