France

Pas de roulottes sur la route de Sarkozy

Slate.fr, mis à jour le 01.10.2010 à 18 h 07

A Montillot, dans l’Yonne, la gendarmerie a retiré des roulottes qui avaient été placées aux entrées du village pour faire la promotion d’un spectacle équestre intitulé L’Epopée tzigane en prévision d’une visite de Nicolas Sarkozy jeudi 30 septembre.

L'association de type loi de 1901 Spectacle équestre de Montillot organise des spectacles depuis 2002. En 2009, elle a créé une mise en scène intitulée L'Epopée tzigane dont une représentation est prévue dimanche 3 octobre à Montillot, village proche d'Auxerre, en Bourgogne, rapporte le Nouvel Obs. «Le spectacle et son nom existaient bien avant toute la polémique autour des gens du voyage», a précisé  Christophe Martin, membre de l'association, au journal.

L’association avait décidé de profiter de la visite présidentielle et de la venue de nombreux médias pour faire la promotion de son spectacle en installant la veille trois roulottes aux entrées du village, «sur des terrains privés, "avec le soutien de la mairie" précise un membre de l'association» écrit le Nouvel Obs.

Mais les organisateurs de la visite ne l’entendaient pas ainsi, comme le rapporte le journal:

«Pour cette visite consacrée à l'attractivité des territoires ruraux, il ne pouvait être question de mélanger les problématiques en laissant paraître une quelconque allusion à la question des gens du voyage.»

Ainsi, la nuit suivant l’installation et précédant la visite, la gendarmerie a fait retirer les roulottes, l'une pour des raisons de sécurité, une autre pour des considérations esthétiques tandis que la troisième a été emmenée par une dépanneuse. Pas découragés par la censure de leur dispositif de promotion, les artistes ont voulu défiler dans les rues du village le jour de la visite en costumes de théâtre tziganes et se sont vus refoulés par la gendarmerie.

La gendarmerie n’a pas souhaité s’exprimer sur ces actions, tandis que la préfecture d’Auxerre a expliqué que les roulottes n’étaient «pas compatibles avec l'organisation de la table ronde» de Nicolas Sarkozy à Montillot, et «ont été déplacées pour des raisons de sécurité» «avec un accord global».

Mercredi 29 septembre, la Commission européenne décidé de lancer une procédure d’infraction contre la France pour non respect de la loi européenne, mettant en cause la politique du gouvernement envers les Roms. Le ministère français des Affaires étrangères s’est félicité que la France n’ait pas été mise en cause pour discrimination par la Commission européenne, comme la commissaire Viviane Reding l’avait menacé.

Photo: A Saint-André-lez-Lille, France, le 9 août 2010, P. ROSSIGNOL / REUTERS

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte