Monde

Blasphématoire et antisémite: l'humour de Silvio Berlusconi

Slate.com, mis à jour le 01.10.2010 à 18 h 42

Berlusconi bandana bianca

Berlusconi bandana bianca

L'humour de Silvio Berlusconi est internationalement connu. De la blague sur le bronzage d'Obama, aux boutades sur les femmes, aux références à Hitler... Le président du Conseil italien sait comment créer la polémique. Fidèle à lui-même, il marque cette fois un double coup, en s'attirant non seulement les foudres des politiques, mais aussi celles de l'Eglise. Le site de l'Espresso diffuse une vidéo où l'on peut voir le Cavaliere raconter une blague de mauvais goût sur Rosy Bindi, présidente de l'Assemblée Nationale du Parti démocratique. Ce n'est pas tout: la blague se termine sur un blasphème. Et comme si ce n'était pas suffisant, la nouvelle sort alors que Berlusconi vient tout juste de refaire parler de lui: le 29 septembre, avant de s'en prendre à la magistrature italienne, le Cavaliere s'était déjà lancé dans une blague de mauvais goût (l'histoire d'une famille juive qui cache un autre juif en lui faisant payer une énorme mensualité, sans lui dire que la guerre est finie).

Réaction du Cavaliere? La défense, explique La Repubblica. «On parle d'une blague qui circulait l'année dernière au Parlement. L'avoir racontée, en privé, n'est ni une offense, ni un péché. Le mauvais goût et les responsabilités sont de ceux qui l'ont rendue publique. La seule chose que je regrette est que quelqu'un se sente vexé. Mais je ne pense pas. Ce n'est qu'un prétexte pour des attaques instrumentalisées et hypocrites

Quant à Rosy Bindi, elle se dit choquée non seulement par les moqueries la concernant, mais surtout par le caractère blasphématoire de la blague. «Je crois que cette fois le président du Conseil, plus qu'à moi, doit demander pardon à tous les croyants de ce pays, à l'Eglise et à cette presse catholique dont il se vante d'avoir le soutien.»

Enrico Gasbarra, député du Parti démocratique, va dans le même sens. «Cela confirme la double éthique du président Berlusconi. Je pense que celui qui aime se définir comme oint par le Seigneur doit immédiatement s'excuser.»

La blague sur les juifs ne suscite pas moins de critiques. Pour Amos Luzzatto, président de la communauté hébraïque de Venise, les boutades du Cavaliere véhiculent «les pires stéréotypes antisémites».

Photo: Berlusconi bandana bianca, surfstyle via Flickr CC License by

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte