France

Le conseiller immigration de Sarkozy est un ancien villiériste

Slate.fr, mis à jour le 01.10.2010 à 12 h 19

REUTERS/Michael Buholzer

REUTERS/Michael Buholzer

Les médias découvrent seulement Maxime Tandonnet, le conseiller «Intérieur et immigration» de Nicolas Sarkozy qui s'est illustré en rédigeant le controversé discours de Grenoble du 30 juillet. Pour la première fois, le Président établissait un lien entre la délinquance et «50 années d'immigration insuffisamment régulées». Mediapart a enquêté sur Tandonnet, racontant qu'avant de rejoindre Nicolas Sarkozy, le conseiller, qui a visiblement une grande influence aujourd'hui, avait oeuvré pour Jean-Pierre Chevènement et Philippe de Villiers.

Promu Inspecteur général de l'administration sous Jospin, Maxime Tandonnet s'oriente finalement vers les souverainistes de droite. Son ami, l'ancien député européen Paul-Marie Coûteaux, l'explique à Mediapart:  

«Je me souviens de son courage. En 2002-2003, je le croisais chez Philippe de Villiers et il nous alimentait en chiffres depuis l'intérieur du ministère, des chiffres que sa hiérarchie n'aurait pas forcément voulu nous donner...»

Maxime Tandonnet «relativise» sa proximité avec Villiers, d'après Mediapart. Un membre de l'entourage de Villiers confirme sa relative prise de distance avec le patron du MPF:  

«Disons qu’il était à l’aile gauche du villiérisme. Alors que certains parlaient de fermer les vannes et d’expulser tous les étrangers, il proposait un moratoire sur les entrées. Quand de Villiers s’est aventuré sur le terrain de “l’immigration zéro” et de “l’islamisation de la France”, Tandonnet lui a déconseillé.»

Libération a aussi enquêté sur Maxime Tandonnet. Selon le quotidien, ses thèses —sythéthisées dans son livre Immigration: sortir du chaos (Flammarion, 2006) qui fait des 300 à 600 «cités sensibles» le symbole de l’échec de l’immigration à la française— connaîssent un certain succès à droite qui lui ouvre les voies de la Place Beauvau:

Tandonnet devient un expert cité par le Figaro ou invité par Radio Courtoisie. Et Emmanuelle Mignon, chargée par Sarkozy de renouveler le stock d’idées de droite, l’enrôle auprès du ministère de l’Intérieur. Il n’a pas une passion pour Sarkozy, mais partage avec lui sa vision de l’immigration «ouverte mais régulée».

L'influence de Maxime Tandonnet sur le programme de Sarkozy est importante depuis cinq ans. Selon Mediapart, c'est lui qui a insufflé le slogan de «l'immigration choisie» plutôt que «subie» emblématique du sarkozysme pré-présidentiel. Il a également eu l'idée du ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale qu'il aurait préféré nommer «ministère de l'Immigration et de l'Unité nationale».

Photo: Sarkozy le 27 janvier 2010 à Davos / REUTERS/Michael Buholzer

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte