France

Comment Lagarde a (presque) jeté Arte

Slate.fr, mis à jour le 29.09.2010 à 12 h 38

Christine Lagarde. Andrew Winning / Reuters

Christine Lagarde. Andrew Winning / Reuters

Le correspondant de Libération à Bruxelles, Jean Quatremer, raconte sur son blog comment la ministre de l'Economie Christine Lagarde a refusé obstinément de répondre à ses questions pour un documentaire que lui a commandé Arte sur la crise de la dette souveraine. Avant qu'elle n'accepte finalement l'interview suite à ce billet.

«Tu ne te rends pas compte, tu ne vis pas à Paris, tu ne sais ce qu’est l’agenda d’un ministre, elle n’a pas une demi-heure à te consacrer», expliquait à Quatremer «un tantinet méprisant», le porte-parole de la ministre, Jean-Marc Plantade. «L’agenda national et international de la ministre est tel qu’elle n’a pas de temps à te consacrer», disait-il encore. Même pas une demi-heure? «Non.» S'en suivait un véritable argument d'autorité: «Tous les médias veulent l’avoir, Ruquier me poursuit.»

«Manifestement, ses collègues européens, eux, glandent sévère…», relève malicieusement Jean Quatremer qui semble avoir pu interviewer d'autres ministres dans son documentaire. Le journaliste s'est aussi heurté à un refus de l'Elysée: le conseiller économique de Nicolas Sarkozy, Xavier Musca, refuse d'apparaître devant la caméra.

Jean Quatremer lit dans ce refus répété de Christine Lagarde la peur de la bourde:

«La ministre, qui a déjà fait une bourde au printemps dernier en critiquant dans le Financial Times la politique économique allemande alors que Nicolas Sarkozy essayait de convaincre la chancelière d’aider la Grèce, a manifestement peur que je la fasse déraper (je dois avoir une sacrée réputation ;-)) juste avant que le Président ne rebatte les cartes gouvernementales. Brillant comme excuse.»

Mais épilogue heureux, Christine Lagarde a finalement accepté de répondre aux questions de Quatremer après avoir lu son billet de blog. «J’ai lu avec un grand sourire votre blog et je trouve que vous ne manquez ni de détermination, ni d’humour et je trouve cela vraiment sympathique», lui a t-elle dit sur un message sur son répondeur. Elle explique avoir donné instruction de refuser toutes les entretiens télévisés «après avoir été submergée au début de l’été de demandes de chaines britanniques et américaines».

Photo: Christine Lagarde. Andrew Winning / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte