Économie

Le groupe secret qui devait sauver l'euro

Temps de lecture : 2 min

A l’automne 2008, après la faillite de Lehman Brothers et le début de la crise financière mondiale, un petit nombre de responsables européens ont créé un groupe de travail qu’ils ont appelé «le groupe qui n’existe pas», révèle le Wall Street Journal dans une longue enquête, basée sur des dizaines d'interviews avec des décideurs européens, et qui se lit comme un thriller. Le groupe était censé préparer un plan d’action en prévision de l’éventualité où un des 16 pays de la zone euro se rapproche trop près du défaut de paiement.

Lorsque la Grèce a atteint cette situation l’année suivante, le groupe secret n’avait toujours pas réussi à s’accorder, et les problèmes qu’ils ont rencontrés au sein de leur petit groupe se sont répétés à l’échelle des dirigeants européens. Les divisions autour de ce que les pays membres de la zone euro doivent faire si l’un d’entre eux connaît de graves problèmes «a miné l’union autour de la monnaie jusqu’à un stade proche de l’effondrement», rapporte le Wall Street Journal.

Les leaders européens ne se sont rencontrés qu’une fois que l’effondrement était devenu une possibilité très réelle et que le sauvetage était déjà devenu bien plus cher qu’il n’aurait pu l’être. Et les failles structurelles de la zone euro qui ont permis à la situation d’en arriver à ce point existent toujours, écrit le journal de Wall Street.

Image de une: drapeau grec / geekadman via Flickr CC

Slate.fr

Newsletters

Chez les trentenaires, les hommes empruntent bien plus à leurs parents que les femmes

Chez les trentenaires, les hommes empruntent bien plus à leurs parents que les femmes

Plus les jeunes adultes vieillissent, plus l'écart entre les genres se creuse.

Avec Locatio, le gouvernement va (encore) emmerder les plus pauvres

Avec Locatio, le gouvernement va (encore) emmerder les plus pauvres

Avec cette start-up présentée par Édouard Philippe comme «innovante», l'État veut restaurer la confiance entre locataires et propriétaires. Mais il existait déjà des dispositifs de garantie.

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Il n’est pas le plus connu des Démocrates qui briguent la présidence, mais le businessman est sans doute le plus original.

Newsletters