Partager cet article

Une ambassadrice de l'ONU pour accueillir les extraterrestres

Cruciale, la question était jusqu'ici sans réponse. Si aujourd'hui une soucoupe volante se pose dans votre jardin, qu'un extraterrestre en sort et vous ordonne: «Conduisez-moi à votre chef», vous vous trouveriez bien désemparé. A quel interlocuteur unique d'éventuels visiteurs venus d'ailleurs devraient-ils s'adresser?

Le problème a heureusement été saisi à bras le corps par l'ONU. The Daily Mail rapporte en effet que les Nations unies s'apprêtent à nommer une ambassadrice chargée d'accueillir les extraterrestres au nom des Terriens. Il s'agirait alors de Mazlan Othman, une astrophysicienne malaisienne actuellement à la tête du Bureau des Affaires spatiales de l'ONU, rapporte le Telegraph.

Le programme visant à faire de ce bureau l'organe de contact avec les successeurs d'ET sera débattu par les comités scientifiques des Nations unies et pourrait se retrouver à l'ordre du jour de l'Assemblée générale.

Mazlan Othman, qui présentera son futur rôle éventuel lors d'une conférence en Angleterre la semaine prochaine, a récemment déclaré que les humains devraient se tenir prêts à entrer en contact avec des extraterrestres:

«La recherche continue de communication extraterrestre, menée par plusieurs entités, porte l'espoir qu'un jour l'homme reçoive des signaux émis par des extraterrestres. Nous devrions avoir une réponse coordonnée qui prenne en compte toutes les sensibilités liées à ce sujet. L'ONU est un organe prêt à l'emploi pour une telle coordination.»

Interrogé par la BBC, le professeur de science spatiale John Zarnecki abonde en ce sens, soulignant que la probabilité d'entrer en contact avec des extraterrestres s'est récemment renforcée:

«Il est peu probable que des extraterrestres apparaissent soudainement à Guildford, à Manchester ou ailleurs. Le contact pourrait surtout d'avoir lieu à travers des signaux radio, car cette dernière décennie, nous avons découvert environ 500 planètes en orbite autour d'étoiles comme le soleil. Il n'est donc plus fantaisiste d'imaginer une possible présence de vie sur d'autres planètes.»

Photo: Mazlan Othman à Hawaï, en mai 2009. Danbirchall via Wikimedia Commons, licence CC

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte