Monde

Le FBI fabrique une bombe pour arrêter un suspect

Temps de lecture : 2 min

Un immigré libanais de 22 ans a été arrêté samedi 18 septembre après avoir posé ce qu’il croyait être une bombe dans un quartier particulièrement fréquenté de Chicago. L’homme était en fait en contact sans le savoir depuis des mois avec des agents secrets du FBI, qui lui fournissaient des informations et du matériel.

Sami Samir Hassoun a apparemment déposé l’engin, une boîte de peinture pleine de faux explosifs et munie d’un minuteur, dans une poubelle proche d’un bar avant d’être intercepté par une équipe de police avec laquelle il avait collaboré involontairement.

Selon des documents officiels, le FBI a repéré Hassoun pour la première fois il y a un an et demi, et travaille de manière rapprochée avec lui depuis à travers des agents secrets se faisant passer pour des terroristes. «Hassoun ne s’en est jamais rendu compte, mais le FBI lui a fourni une caméra qu’il a utilisé pour repérer des lieux d’attentats potentiels, l’a payé 2.700 dollars pour qu’il démissionne de son travail pour se consacrer à plein temps à son projet terroriste et lui a donné la fausse bombe qu’il a déposé dans la poubelle», écrit le Chicago Tribune.

Selon les autorités, Hassoun n’est pas un fondamentaliste religieux, et son attentat raté n’était que le dernier d’une série de projets bancals pour essayer de nuire au maire de la ville, Richard M. Daley. Il aurait également fomenté de vagues projets terroristes, comme celui d’empoisonner le réseau d’eau potable de la ville, de mettre un bombe dans la Willis Tower (le gratte-ciel le plus haut des Etats-Unis) ou encore de tuer le maire, même si aucun de ces projets n’a été mené à bout.

La police affirme qu’Hassoun voulait lancer une «révolution» politique, mais qu’il n’avait «aucune idée» quant à la manière de garder le pouvoir après cela. «Il agissait seul. Je dirais qu’il n’était pas très doué mais qu’il avait incontestablement la volonté de trouver le matériel nécessaire pour mener son attentat», a déclaré l’agent du FBI Robert Grant.

Le procureur en charge du dossier va maintenant devoir prouver qu’Hassoun n’a pas été poussé par un informateur ou un agent secret du FBI à commettre un crime qu’il n’avait pas l’intention de commettre, rapporte Associated Press. Son avocat souligne en effet qu’Hassoun n’a rien amené sur le lieu de l’incident qu’il ait fabriqué lui-même, et estime que son client a été piégé.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo: Chicago (ILL) Willis Tower ( Ex. SEARS Tower ) 1974, N-E side " the loop ", Vincent Desjardins via Flickr CC License by

Newsletters

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

Il semblerait qu'elle ait de forts liens avec l'Europe de l'Ouest, région tant critiquée par son père.

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio