Monde

Al-Aulaqi, le Ben Laden de l'Internet

Slate.fr, mis à jour le 20.09.2010 à 18 h 44

«Vous n'avez sûrement jamais entendu parler de lui, mais c'est le nouveau visage du terrorisme international», avertit The Daily Telegraph en présentant Anwar al-Aulaqi. Cet imam de 39 ans est depuis quelque mois sur la liste des cibles à abattre de la CIA. Et le chef du MI5, le service de renseignements britannique, l'a désigné la semaine dernière comme l'ennemi public numéro un de l'Occident.

C'est en utilisant Internet qu'al-Aulaqi s'est fait connaître. Initié aux nouvelles technologies, cet infatigable prêcheur aurait mis en ligne  plus de 5.000 vidéos, devenant une star de YouTube. Une méthode de propagande qui s'avère particulièrement efficace, souligne le Telegraph:

«Le web lui donne une portée mondiale – jusque dans les chambres des jeunes musulmans désenchantés et crédules qui peuvent avoir déjà été radicalisés par un imam extrémiste ou un ami. Pour les services de renseignement, cela représente une nouvelle menace car c'est très difficile à surveiller.»

Né au Nouveau-Mexique de parents yéménites, Anwar al-Aulaqi a fait ses études aux États-Unis. A 25 ans, il est devenu imam à la mosquée de San Diego, en Californie. Un parcours qui a servi la propagation de son message islamiste, explique USA Today:

«Les experts du terrorisme affirment que l'aisance d'al-Aulaqi en anglais, ses qualifications religieuses et sa profonde familiarité avec la culture américaine lui ont permis de recruter avec succès des fidèles aux États-Unis – ce que Ben Laden avait du mal à faire.»

Mais si Anwar al-Aulaqi inquiète tant les services secrets occidentaux, c'est parce qu'il réussit à faire passer ses partisans à l'acte. Ses sermons auraient inspiré les kamikazes du 11 septembre à New York, ainsi que ceux du 7 juillet 2005 à Londres. Plus récemment, il est apparu qu'al-Aulaqi était en contact avec le militaire qui a tué 13 personnes sur la base texane de Fort Hood en novembre 2009 et avec l'auteur de l'attentat manqué contre le vol Amsterdam-Detroit en décembre dernier.

Depuis cette dernière tentative, l'administration Obama a décidé de neutraliser Answar al-Aulaqi, quitte à commettre un assassinat ciblé. Une décision qui fait des vagues aux États-Unis, jusqu'à provoquer un procès contre le gouvernement, comme le rapporte The New York Times. En effet, né outre-Atlantique, où il a passé une grande partie de sa vie, la nouvelle figure du djihadisme international a le statut de citoyen américain! L'homme est décidément insaisissable.

À LIRE ÉGALEMENT SUR SLATE.FR: Portraits des chefs d'al-Qaida au Yémen

Photo: Answar al-Aulaqi en novembre 2008. Muhammad ud-Deen via Wikimedia Commons, CC licence by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte