France

Le ministère de la Culture met à mal le droit d'auteur

Slate.fr, mis à jour le 20.09.2010 à 15 h 35

Le gouvernement est très attaché aux droits d’auteur sur Internet, et l’a fait savoir à de nombreuses reprises lors des débats autour de la loi Hadopi. Mais une fois de plus, il vient de prouver qu’il ne met pas toujours en application les pratiques qu’il défend. C’est cette fois le site du ministère de la Culture, qui a tenu un rôle central dans la lutte contre les pirates informatiques, qui a été pris la main dans le sac en utilisant une photographie (ci-dessus) du site La Tribune de l’Art prise par Didier Rykner, directeur de la publication, sans en demander l’autorisation et sans la créditer.

La Tribune de l'Art donne son avis sur l’infraction:

«Soyons clair: nous offrons bien volontiers les droits de cette photo au ministère qui peut en faire l’usage qu’il en veut (à condition d’indiquer son auteur). Nous sommes favorable à la circulation des images sur Internet. Le problème n’est pas là. Ceci montre simplement que le gouvernement, si prompt à défendre le droit d’auteur par une loi inapplicable et potentiellement liberticide, n’est pas capable de la respecter lui-même. […] Va-t-on couper l’accès Internet du ministère?»

Il semblerait que le ministère de la Culture soit au moins attentif à ce qui se dit dans les médias numériques français: depuis l’article de La Tribune de l’Art, paru le 18 septembre, la mention «Photo : Didier Rykner - La Tribune de l'Art» figure en dessous de la photo «empruntée». On peut également lire à la fin de l’article un mea culpa du ministère, qui met la faute sur le compte d’une erreur technique:

«Suite à un problème technique d’affichage du crédit photo, le département de l’information et de la communication tient à présenter ses excuses à Didier Rykner. A présent ce défaut d’affichage est résolu et la photo a retrouvé son crédit d’origine.»

Ce n’est pas la première fois que les plus fervents défenseurs de la loi Hadopi se permettent des «emprunts» contraires au droit de la propriété intellectuelle. En décembre 2009, Frédéric Lefebvre reprenait un article de Slate.fr en intégralité sur son site, et ce sans demande d’autorisation ni lien cliquable vers la source. En février 2009, l'UMP avait déjà été accusé par le groupe de musique MGMT d'avoir utilisé frauduleusement deux de leurs titres lors de meetings politiques.

Photo: Façade de l'Hôtel de Soubise, Didier Rykner - La Tribune de l'Art

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte