Life

Je n'ai pas d'enfants et j'en suis fière

Slate.fr, mis à jour le 20.09.2010 à 12 h 01

No Children in Shopping Carts

No Children in Shopping Carts

Alors que ses copines ne parlent que de couches et tétines, Kristen Bossert ne se laisse pas contagier par la fièvre de la maternité. Elle a toujours voulu continuer ses études de design, et épouser son petit copain de lycée. Mais les enfants, rien.  A 20 ans, elle savait n'avoir aucune envie de devenir mère. Pour elle, la liberté, les voyages, et les grasses matinées le samedi, sont trop importants. Vingt-trois ans plus tard, le couple n'a aucun regret: ne pas avoir d'enfants, «c'est le meilleur choix qu'on ait jamais fait».

Kristen n'est pas un cas isolé, explique le Daily Beast. De plus en plus de femmes choisissent de ne pas avoir d'enfants. Le site s'appuye sur une étude du Pew, Research Center for the People & the Press: une femme sur cinq arrive à la fin de sa période de fécondité sans avoir d'enfants. Dans les années 1970, ce n'était le cas que pour une femme sur dix.

D'après l'enquête,  plus les femmes ont suivi d'études, plus elles sont susceptibles de ne pas avoir d'enfants. En ce qui concerne les critères ethniques, les femmes blanches sont les plus concernées par le phénomène, même si la tendance augmente chez toutes les populations.

Mais quelles sont les raisons de ce choix? Pas besoin de se creuser la tête, la réponse est toute simple: Laura Scott, auteur de Two Is Enough: A Couple's Guide to Living Childless by Choice, explique que si les femmes ne veulent pas d'enfants, c'est qu'elles aiment leur vie telle qu'elle est. D'après Laura Scott, qui a réalisé un sondage sur 121 femmes sans enfants, les autres raisons principales sont: la liberté, l'indépendance, et l'absence de responsabilités.

Mais pourquoi certaines femmes éprouvent un désir instinctif de procréation, et d'autres non?

Il n'y a pas beaucoup d'études sur la question. Certains scientifiques penchent pour l'explication génétique: des femmes ont un instinct maternel, d'autres non. Mais la plupart estiment que l'instinct maternel n'est pas biologique, mais culturel. Pour le biologue David Barash, non seulement avoir des enfants est mieux perçu socialement, mais c'est aussi considéré comme une source de joie et d'épanouissement personnel, tout comme la carrière professionnelle.

Autre donnée intéressante: la plupart de ces femmes affirment avoir été conscientes de leur instinct maternel défaillant dès le plus jeune âge. C'est le cas d'Elizabeth Mannering, 48 ans. A l'âge de 6 ans, elle témoignait déjà d'un manque d'intérêt pour tout ce qui concernait les bébés. Elle n'était pas attirée par eux, ou par les enfants plus petits, qui, confesse-t-elle, la répugnaient. Elle ne jouait pas aux po upées, sauf Barbie, qui «avait une vie glamour, avec ses vêtements superbes, un beau petit copain, et pas d'enfants».

Si le phénomène commence à être plus connu, les femmes qui ne veulent pas d'enfants affirment être toujours victimes de discriminations. Souvent, elles préfèrent ne pas parler de leur choix avec les personnes qu'elles ne connaissent pas bien. Et même leurs amis leurs reprochent souvent une décision immature, voire égoiste.

Photo: No Children in Shopping Carts, Mykl Roventin via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte