L'Angleterre est un «pays du tiers monde»

Alors que le pape doit arriver aujourd’hui, jeudi 16 septembre, au Royaume-Uni pour une visite de quatre jours qui ne déchaîne pas les foules outre-Manche, le cardinal Walter Kasper, un de ses principaux conseillers, n’a pas vraiment contribué à améliorer la situation en tenant des propos à la limite de l’insulte à l’encontre du pays hôte dans le magazine allemand Focus, rapporte le Telegraph:

«Lorsque vous arrivez à l'aéroport d'Heathrow [à Londres], vous avez parfois l'impression d'avoir atterri dans un pays du tiers monde.»

A la question de Focus lui demandant si les chrétiens subissent des discriminations en Grande-Bretagne, il a répondu: «Oui. Par-dessus tout, un nouvel athéisme agressif s'est répandu en Angleterre. Par exemple, si vous portez une croix dans un avion de British Airways, vous subissez des discriminations.» Le Guardian rappelle qu’en 2006, une polémique avait éclaté quand une employée de la compagnie aérienne avait refusé de cacher la croix qui dépassait de son uniforme, et souligne que le pape ne retournera pas à Rome à bord d’un avion de la compagnie du pays hôte, en l’occurrence British Airways, comme il est de coutume.

Un porte-parole du Vatican a expliqué que la sortie sur le tiers monde était une référence à la population multiculturelle de la Grande-Bretagne, mais peu de temps après des responsables annonçaient que le cardinal Kasper ne fera pas partie du voyage du pape dans le pays.

Le secrétaire de Kasper, monseigneur Oliver Lahl, a expliqué au Daily Mail c’est pour des raisons de santé que le cardinal ne peut pas être du voyage: «Il est très déçu de ne pas y aller. Il est malade depuis plusieurs jours et peut à peine marcher. Il avait hâte de voir ses amis.»

Des sources au Vatican ont également déclaré au Telegraph que l’interview n’était pas la cause de l’annulation, même si une d’entre elles a reconnu que des considérations politiques ont pu avoir un rôle. «C’est un personnage assez libéral qui n’est pas toujours de l’avis du pape», a-t-elle confié.

«L’expert le plus éminent du Vatican sur les relations avec l’église anglicane», c'est-à-dire Kasper, selon Le Guardian «était censé jouer un rôle central dans les aspects œcuméniques de la visite du pape».

Photo: Le cardinal Walter Kasper en 2005, REUTERS/Max Rossi via Flickr CC License by