Monde

Cinq mois après la marée noire, le calvaire des familles des victimes

Slate.fr, mis à jour le 15.09.2010 à 12 h 45

Photo: Andi is Tired / The Pageman via Flickr CC License by

Photo: Andi is Tired / The Pageman via Flickr CC License by

Cinq mois après l’explosion de la plateforme pétrolière appartenant à BP dans le golfe du Mexique, le Washington Independant revient sur le quotidien de familles directement touchées par le désastre écologique. Chômage, faim, voire perte de leur domicile, toutes vivent dans l’attente des dédommagements promis par la compagnie britannique.

Le magazine décrit ainsi la vie Kay Hasting, gestionnaire de plusieurs gîtes dans la ville de Gulf Shores, en Alabama. Elle qui croule habituellement sous les réservations durant la période estivale a dû faire face à une vague d’annulations à la suite de la marée noire. Elle estime son manque à gagner à 18.000 dollars (près de 14.000 euros), et en a avisé le Gulf Coast Claim Facility (GCCF, l’organisme chargé de collecter les plaintes des habitants). Depuis, rien:

«Il ne s’est rien passé, sinon qu’on me répète que ma situation est étudiée. On vous répète à chaque fois la même chose. [...] Ils ne peuvent pas vous dire combien de temps [le remboursement] prendra. Vous ne pouvez aborder les détails de votre situation avec personne. La seule chose que vous entendez sont des voix, en fond sonore, qui répètent: «Désolés». [...] Ma vie est en pause. Je ne peux plus rien faire.»

Kay Hasting a trois mois de retard sur son loyer, et son téléphone et l’électricité sont sur le point d’être coupés.

Le cas de Christine Watson, qui vit en Floride, n’est pas plus enviable: licenciée du magasin où elle travaillait cet été faute de touristes, elle et son mari (également au chômage), doivent trouver au plus vite 1.900 dollars (près de 1.500 euros) pour payer leur loyer, sans quoi ils seront expulsés. Cela la désespère:

«Nous étions dans une situation financière très stable. Maintenant, tout a changé. Nous avons dépensé tout notre argent. J’ai 46 ans, et je n’ai jamais vécu quoi que ce soit de semblable.»

Le reportage complet est en ligne sur le site du magazine. Par ailleurs, rappelons également que le Huffington Post avait recensé cet été les initiatives non-gouvernementales pour participer au nettoyage des côtes, mais également pour venir en aide aux familles touchées par la catastrophe.

Photo: Andi is Tired / The Pageman via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte