France

La guerre Sarkozy-Le Monde intéresse (surtout) la presse étrangère

Slate.fr, mis à jour le 14.09.2010 à 18 h 20

Lundi 13 septembre, le quotidien «Le Monde» annonce qu'il va déposer une plainte contre X pour violation du secret des sources. L’Élysée aurait tenté d’identifier l'origine de certaines informations sur l’affaire Woerth-Bettencourt, enfreignant ainsi la loi sur la protection du secret des sources des journalistes.

De quoi provoquer une vague d’indignation dans la presse française dans un élan de confraternalité unanime? Pas vraiment. En dehors de La Croix, qui y consacre son éditorial, de Libération et du Parisien, qui la citent dans leurs unes, la presque totalité des quotidiens français n’évoque pas en première page cette violation présumée du secret des sources.  En revanche, ce n'est pas le cas de la presse étrangère qui, elle, semble trouver le sujet particulièrement intéressant. Des États-Unis au Royaume-Uni, en passant par l’Italie, l’Espagne et la Suisse, tous les grands quotidiens parlent de la guerre ouverte entre Le Monde et l’Elysée. Et lui consacrent même une place au moins aussi importante que dans la plupart des journaux français.

Dans la presse anglo-saxonne

Le Financial Times de ce mardi réserve son deuxième titre de une à l’événement, tandis que l’International Herald Tribune (propriété du groupe New York Times) lui consacre un début d’article en bas de une, rappelant le contexte de la vente du quotidien français au trio Bergé-Niel-Pigasse :

«Les relations entre M. Sarkozy et les dirigeants du Monde se sont récemment dégradées lorsque le président a tenté en vain d’empêcher la vente du journal à un groupe d’hommes d’affaires ayant des attaches avec le Parti socialiste, qui est dans l’opposition.»

Des journaux influents comme The Guardian, The Independent ou encore The Irish Times publient des articles détaillés sur l'événement, rappelant le contexte de l'affaire Bettencourt. «Le scandale a gravement nui à la crédibilité de M. Woerth alors qu'il se préparait à présenter au Parlement une réforme des retraites décisive», souligne The Daily Telegraph, qui décrit par ailleurs Le Monde comme «le journal le plus respecté du pays».

En Italie

La presse transalpine non plus ne snobe pas le sujet. La Repubblica, La Stampa, et Il Corriere della Sera consacrent tous un article au bras-de-fer Le Monde-Sarkozy.  Il Corriere en profite d’ailleurs pour dénoncer l’utilisation «presque personnelle» des services secrets en France:

«Ce n’est pas une nouveauté en France, après le scandale des interceptations téléphoniques commandées par François Mitterand dans les années 80 au détriment de dizaines de citoyens, et le président Nicolas Sarkozy a déjà eu recours à la DCRI en avril, pour découvrir qui avait répandu la rumeur d’une crise avec Carla Bruni.»

En Espagne

Les Espagnols aussi reprennent l’affaire, et parlent, eux aussi, d’une confusion entre intérêts publics et privés. Ainsi le quotidien El País conclut son papier sur la présumée violation de l’Elysée en citant l’éditorial du Monde du 14 septembre:

«Le pouvoir interprète de manière insolite cette notion d'intérêt public, qu'il confond avec son intérêt propre, avec l'intérêt de la majorité d'aujourd'hui à garder le plus longtemps possible ce dossier sous l'éteignoir, en tentant, après la justice, d'étouffer la presse.»

Ailleurs

Certains journaux allemands relaient l’affaire. Die Welt évoque ainsi «une version française du scandale du Watergate». En Suisse aussi, cette accusation d’espionnage fait couler de l’encre. «Dans l’inépuisable feuilleton des affaires Woerth-Bettencourt, il ne manquait plus que des barbouzes», s’exclame le quotidien francophone 24 heures. «Quoi qu’il en soit, voici un nouveau remous dont Nicolas Sarkozy se serait bien passé», conclut le journal belge La Dernière Heure.

Photo: Journaux du monde. Iván Martínez via Wikimedia Commons, CC licence by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte