Monde

La Bible version rap

Temps de lecture : 2 min

Antique Holy Bible, printed in 1885, with metal clasps, and leather binding, Pue
Antique Holy Bible, printed in 1885, with metal clasps, and leather binding, Puerto Vallarta, Jalisco, Mexico

Un vent de jeunesse souffle sur les vieilles pages de la Bible. On pourra désormais écouter la parole de Dieu, dans le vrai sens du terme.

A l'occasion du lancement de la version de poche de la Bible en Italie (qui sera vendue à 7,90 euros dans les librairies, les aéroports, les supermarchés et les autogrill) explique la Repubblica, on pourra écouter les passages les plus connus de l'ancien et du nouveau testament en version rap. L'initiative est née de l'hebdomadaire d'inspiration catholique Famiglia Cristiana, qui souhaite fêter les 50 ans d'une initiative similaire. En 1960, Famiglia Cristiana lançait une grande opération commerciale: «La Bible à 1.000 lires» (environ 50 centimes d'euros), en supplément de Famiglia Cristiana.

Un demi siècle plus tard, l'opération se répète, explique don Vito Fracchiolla, administrateur délégué des éditions San Paolo, mais avec des méthodes différentes: Internet, les spots radiophoniques et le rap, composé par des professionnels anonymes.

L'opération est vue d'un bon œi lpar le Vatican, qui espère que l'initiative aide à rapprocher les jeunes de la Bible, grâce à ces morceaux de rap qui, au premier abord, vont probablement déplaire aux traditionnalistes.

Photo: Antique Holy Bible, Wonderlane via Flickr CC License By

Newsletters

Manifestations à Minneapolis à la suite de la mort d'un Noir étouffé par un policier

Manifestations à Minneapolis à la suite de la mort d'un Noir étouffé par un policier

George Floyd est décédé peu après avoir prononcé les mots «je ne peux pas respirer» lors d'une interpellation.

L'expérience d'Ebola a aidé certains pays africains à agir efficacement face au Covid-19

L'expérience d'Ebola a aidé certains pays africains à agir efficacement face au Covid-19

En Afrique subsaharienne, des pays ont fait bien avec peu de moyens, grâce à leur savoir-faire tiré des épidémies du virus Ebola.

«Je me sens régulièrement comme une coquille vide, sans espoir»

«Je me sens régulièrement comme une coquille vide, sans espoir»

Newsletters