Partager cet article

Google nous rend-il idiots?

«Nous voulons que Google soit la troisième moitié de votre cerveau.» La phrase est de Sergey Brin, le cofondateur du moteur de recherche le plus célèbre du monde. Et elle inquiète Mike Elgan, du site ITWorld: «Au rythme où va Google, il formera bientôt les trois moitiés» du cerveau.

Mike Elgan fait référence au lancement récent de Google Instant, cette fonctionnalité par laquelle Google affiche des résultats de recherche avant même que vous n'ayez fini de taper votre requête. Ce sont des innovations de ce type qui, petit à petit, tueraient le peu de créativité qu'il nous reste.

«Et ce n'est que le début», prévient le chroniqueur, qui s'appuie sur de récentes déclarations d'Eric Schmidt, PDG de la firme, pour affirmer que la prochaine étape pour Google sera de «vous donner des résultats de recherche avant même que vous n'ayez pensé à chercher. L'idée est que, alors que vous vous promenez, votre appareil mobile vous interrompt et vous dit ce qu'il pense que vous allez vouloir savoir.» D'où l'inquiétude de Mike Elgan:

«Je ne peux m'empêcher de me demander, étant donné notre dépendance à Google et aux produits concurrents, si nous allons devenir plus idiots au fur et à mesure que nos applications en ligne deviendront plus intelligentes.»

Cette interrogation fait écho aux propos de Nicholas Carr, l'écrivain américain auteur il y a deux ans de l'article «Is Google making us stupid?», qui a beaucoup fait parler de lui dans la blogosphère anglo-saxonne. Interrogé la semaine dernière par la BBC, il a réaffirmé sa thèse: l'usage d'Internet a de sérieuses conséquences sur notre cerveau et affecte certaines de nos capacités, en particulier la concentration. Carr s'appuie sur des expériences qui suggèrent «qu'à mesure que les logiciels informatiques deviennent plus simples d'utilisation, rendant les tâches compliquées plus faciles, nous risquons de perdre notre capacité à apprendre correctement quelque chose». Un «court-circuitage» du cerveau, en quelque sorte!

Et pour Nicholas Carr, Google est le premier coupable:

«J'admire Google à bien des égards, mais je pense qu'ils ont une vision étroite de la manière dont nous devrions utiliser nos esprits. Ils ont ceci de la vision industrielle que pour eux, tout se rapporte à l'efficacité avec laquelle vous pouvez trouver un bout d'information particulier, et ensuite passer à un autre.»

À LIRE ÉGALEMENT SUR SLATE.FR: Google sait ce que vous cherchez en temps réel

Photo: Eric Schmidt, PDG de Google, à Davos en 2007. World Economic Forum via Flickr, CC licence by

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte