Economie

Pauvreté et insécurité sont-elles vraiment liées?

Slate.fr, mis à jour le 14.09.2010 à 9 h 53

Les crimes violents et atteintes aux biens ont baissé pour la troisième année consécutive aux Etats-Unis en 2009, a annoncé le FBI lundi 13 septembre, remettant en question une vieille croyance des sciences sociales: le lien direct entre la pauvreté et la criminalité. Malgré un taux de chômage de 9,6% et le fait que «15% d’Américains sont désormais pauvres», l’insécurité a baissé, surtout dans les zones les plus touchées par la crise du logement.

Les chercheurs ne savent pas exactement d’où vient cette évolution, mais les autorités ont rapidement attribué ces bons résultats au travail de la police. «Les rapports montrant aujourd’hui que les crimes violents ont baissé en 2009 sont un signe encourageant que notre nation continue à progresser dans la lutte contre la criminalité», s’est enorgueilli le ministre de la Justice, Eric Holden lundi.

Le Christian Science Monitor suggère que le faible taux d’inflation et la protection sociale du gouvernement ont également pu jouer un rôle, ainsi qu’un déclin général de la mobilité. Les critiques conservateurs ont utilisé les nouvelles données comme une preuve qu’«il n’y a pas de corrélation ou une très faible corrélation entre la pauvreté et les statistiques de la criminalité», mais tout le monde n’est pas de cet avis. Certains experts suggèrent que les communautés sont plus attentives à la criminalité quand moins de personnes partent.

Selon les chiffres qui devraient être publiés cette semaine, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté aux Etats-Unis a augmenté de 13,2% pour atteindre 15% de la population, ce qui signifie que 45 millions de personnes sont pauvres dans le pays. «Cela représenterait la plus grosse augmentation sur une année depuis que le gouvernement a commencé à mesurer la pauvreté en 1959», rapporte Associated Press.

Le pourcentage de pauvres en âge de travailler devrait atteindre son plus haut niveau depuis 1965, quand Lyndon B. Johnson a lancé la «guerre contre la pauvreté». Le rapport, qui doit sortir jeudi 16 septembre, devrait également montrer que la pauvreté des enfants a dépassé 20%, tandis que les noirs et les latinos restent particulièrement touchés à cause d’un taux de chômage plus élevé.

Le New York Times s’intéresse quant à lui à comment, de 2007 à 2009, le nombre de familles dans les foyers de sans-abris est passé de 131.000 à 170.000. Ce chiffre pourrait grossir encore cette année malgré les 1,5 milliard de dollars du plan de relance spécifiquement prévus pour lutter contre ce phénomène.

Photo: Sur une scène de fusillade en Alabama en mars 2009, REUTERS/Mark Wallheiser 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte