France

Le tabou français de la mixité scolaire

Slate.fr, mis à jour le 14.09.2010 à 11 h 09

Alors que, pour les ados d'aujourd'hui, seules les anciennes inscriptions «Ecole pour filles» ou «Ecole pour garçons» sur certains établissements scolaires actuels montrent que la mixité actuelle n'a pas toujours existé, Le Figaro revient sur la mixité scolaire, devenue presque aussi importante que le principe de laïcité.

Dans un article paru cet été dans la revue de l'OFCE, la sociologue Marie Duru-Bellat estimait que «la confrontation à l'autre durcit les stéréotypes du masculin et du féminin, avec des conséquences concernant notamment la confiance en soi», et s'interrogeait sur l'opportunité d'un retour à la non-mixité dans certains cours. Le Figaro note que la mixité n'est plus obligatoire en France depuis 2008 et la retranscription d'une directive européenne sur les discriminations.

En France, les essais se font dans le privé: à Saint-Jean-de-Passy, dans le XVIe arrondissement de Paris, les classes au collège sont non mixtes, explique la directrice de l'établissement:

«Nous avons toujours pensé qu'il y avait une complémentarité des sexes. Nous aménageons de longs moments de mixité, pendant les repas, les récréations, mais nous avons voulu développer une approche originale, respectant la sensibilité des adolescents.»

Pour le journal, la réflexion sur la non-mixité à l'école est limitée parce qu'elle coïncide avec des revendications de groupes religieux, et empêche ainsi de voir se développer des expériences visibles aux Etats-Unis, ou en Allemagne par exemple.

Mais même aux Etats-Unis, où 540 écoles publiques proposent des classes non-mixtes (soit une augmentation de plus de 4.900% depuis 2001), le débat est violent entre les pro-mixité, qui estiment que séparer les filles des garçons renforce aussi les stéréotypes de genre (en sous-entendant qu'il y a de telles différences entre filles et garçons qu'ils ont besoin d'être éduqués séparément), et les anti-mixité, qui affirment que les filles auront de meilleurs résultats en science –et les garçons de meilleurs résultats tout court– s'ils sont dans des classes séparées.

Photo: Student girl / antwerpenR via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte