Culture

Les films-cultes de Martin Scorsese

Temps de lecture : 2 min

Martin Scorsese
Martin Scorsese

Qui a inspiré Martin Scorsese? Quels sont les films qui l'ont touché, provoqué, ému? Dans un article paru sur le Daily Beast, le réalisateur américain revient sur les films de gangster qui ont marqué sa jeunesse. Ainsi, si beaucoup de films sortis dans les 40 dernières années figurent dans les favoris de Scorsese, comme Le Parrain ou Il était une fois en Amérique, il faut remonter plus loin dans le temps pour trouver les fims qui ont véritablement inspiré le réalisteur des Affranchis.

«Je me suis arrêté avant les années 70, explique-t-il. On parle ici d'influence, d'inspiration, et une fois que je me suis lancé dans la réalisation, je n'ai plus regardé les films de la même façon.»

Dans la précieuse liste de Scorsese, on trouve donc 15 films de gangster, de L'Ennemi Public à Point Black, en passant par Al Capone de Richard Wilson et le Scarface de Howard Hawks. Des films américains essentiellement, mais pas seulement. Le réalisateur cite aussi une oeuvre italienne, Mafioso, avec Alberto Sordi, ainsi que deux films français: Touchez pas au Grisbi, de Jacques Becker, «un film sous-estimé au style élégant, qui dégage une aura de fatigue et de mort très puissante», et Les Doulos, de Jean-Pierre Melville, peut-être le film préféré du réalisateur.

Photo: Martin Scorsese / David Shankbone via Wikimedia.

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters