Culture

Claude Chabrol est mort

Temps de lecture : 2 min

Le cinéaste Claude Chabrol est décédé dimanche matin à l'âge de 80 ans, a annoncé Christophe Girard, adjoint du maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, sur son blog. C'était «un immense cinéaste français, libre, impertinent, politique et prolixe. Merci Claude Chabrol, merci pour le cinéma!».

Chabrol a connu le succès public et critique, dès son premier film, «Le beau Serge», qui deviendra, écrit France Info, un manifeste inaugural de la Nouvelle Vague.

Dans les années 70, rappelle la radio, Claude Chabrol se spécialise dans «l’analyse féroce de la bourgeoisie française, dont l’apparent conformisme sert de couvercle à un bouillonnement de vices et de haines. Que ce soit sur le registre de la comédie grinçante ou du polar, il ne cesse d’en traquer l’hypocrisie, les coups bas et la bêtise, avec une délectation rare et jubilatoire à laquelle participent activement ses acteurs fétiches: Stéphane Audran donc mais aussi Michel Bouquet et Jean Yanne».

Plus tard, Chabrol adaptera des romans policiers et s’inspirera de faits divers. Ses polars sont sombres, âpres, complexes. Des «jeux de massacres, écrit France-Info, qu’il tourne avec le concours de grands comédiens: Serrault en assassin méthodique dans Les Fantômes du chapelier, Poiret en inspecteur gourmet dans Poulet au vinaigre, ou encore Noiret en vedette de télé cynique dans Masques.»

Chabrol est aussi un homme à femmes. Deux le marqueront particulièrement : Stéphane Audran, qu’il épousera, et Isabelle Huppert, qu’il fera tourner dans de nombreux films, femme victime ou criminelle.

Photo: Jean-Claude Brialy et Claude Chabrol sur le tournage du Beau Serge.

A regarder sur Vodkaster, une sélection de vidéo de films de Claude Chabrol.

Et, depuis le Forum des Images, la «master class» du réalisateur


Master Class Claude Chabrol
envoyé par forumdesimages. - Regardez des web séries et des films.


Slate.com

Newsletters

Quatre bonnes raisons de se plonger dans un livre dès ce soir

Quatre bonnes raisons de se plonger dans un livre dès ce soir

Il est indispensable de lire de (vrais) bouquins.

Les trois lumières: Bong Joon-ho, Desplechin et Gu Xiaogang

Les trois lumières: Bong Joon-ho, Desplechin et Gu Xiaogang

«Parasite» et son classicisme inventif, «Roubaix, une lumière» d’une douceur révolutionnaire et l'inattendu «Séjour dans les Monts Fuchun», la journée la plus convaincante jusqu'ici.

À Cannes, les femmes de la compétition n'ont souvent que des lots de consolation

À Cannes, les femmes de la compétition n'ont souvent que des lots de consolation

Le Festival doit encore faire ses preuves sur ces questions. En soixante-douze ans, seule une femme a remporté la Palme d'or (et encore, elle a dû la partager).

Newsletters