Monde

Castro: «Le modèle cubain ne fonctionne plus»

Temps de lecture : 2 min

Fidel Castro en 2005 / Agencia Brasil via Wikimedia Commons
Fidel Castro en 2005 / Agencia Brasil via Wikimedia Commons

Le journaliste de The Atlantic Jeffrey Goldberg, en reportage à Cuba, a profité d'un déjeuner avec Fidel Castro pour lui demander s'il croyait que le modèle cubain valait toujours la peine d'être exporté.

Réponse du leader:

«Le modèle cubain ne fonctionne même plus pour nous.»

Etait-ce une façon pour Fidel Castro de déclarer l'échec de sa révolution? Pas nécessairement, estime une spécialiste de l'Amérique Latine, présente au déjeuner, qui y voit une façon de préparer le terrain pour les réformes de Raul Castro, le frère de Fidel et actuel président de l'île.

«Il n'était pas en train de rejeter les idées de la Révolution. Je pense qu'il reconnaissait que sous le "modèle cubain" l'Etat a un rôle bien trop grand dans la vie économique du pays.»

Raul Castro va devoir procéder à des réformes qui risquent de ne pas plaire aux communistes puristes du Parti et de la bureaucratie cubaine. Il a par exemple déjà annoncé que des investisseurs étrangers pouvaient désormais acheter des terrains immobiliers sur l'île (même si pour l'instant les Américains n'ont pas le droit d'investir à Cuba, à cause de l'embargo américain).

Photo: Fidel Castro en 2005 / Agencia Brasil via Wikimedia Commons

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

Newsletters