Monde

De «faux» candidats sans-abris sur le scrutin américain

Temps de lecture : 2 min

Homeless with Dogs / livenature via Flickr CC License By
Homeless with Dogs / livenature via Flickr CC License By

Il reste deux mois avant les élections de mi-mandat aux Etats-Unis, qui renouvelleront une partie des sénateurs et autres représentants américains, et le Parti républicain inaugure des tactiques originales: les républicains arizoniens ont recruté des sans-abris, non pas pour leur parti, mais pour celui des Verts, dans l'espoir d'affaiblir le Parti démocrate. Un peu comme si le PS s'amusait à inscrire des gens sur les listes du Modem pour que des électeurs votent Modem plutôt qu'UMP, et affaiblissent ainsi le poids de l'autre principal parti.

Le New York Times explique que les républicains ont fait ça en Arizona parce que le Parti vert n'a pas les ressources d'inscrire ses candidats dans cet Etat: les «faux» candidats choisis par les républicains ont donc toutes les chances d'emporter les primaires et de participer aux élections. Des partis se sont déjà plaints de ce genre de pratiques dans le passé, mais jamais contre tout un contingent de candidats sans-abris. Le Parti vert a appelé ses électeurs à ne pas voter pour ces candidats, et les démocrates d'Arizona ont enregistré une plainte officielle au niveau local, étatique et fédéral pour les faire retirer du scrutin. Pour leur avocat:

«Ce sont des gens qui ne sont pas sérieux, et leur recrutement fait partie d'une manipulation cynique du système. Ils ne savent pas la différence entre Vert et rouge [la couleur du parti républicain].»

Les républicains s'en moquent, et ne se cachent absolument pas de vouloir siphoner des voix au Parti démocrate, tout en affirmant que ces candidats n'ont rien de «faux».

Photo: Homeless with Dogs / livenature via Flickr CC License By

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters