Monde

Le pasteur de Floride fait durer le suspense sur son autodafé

Slate.fr, mis à jour le 10.09.2010 à 9 h 54

Le pasteur Terry Jones, qui fait la une des médias internationaux depuis plusieurs jours avec ses menaces de brûler des exemplaires du coran pour l’anniversaire des attentats du 11 septembre, a déclaré qu’il suspendait ses plans. Il avait d’abord annoncé qu’il annulait l’autodafé, mais a ensuite précisé qu’il ne faisait que suspendre l’évènement parce qu’on lui aurait «menti» sur un accord selon lequel la construction d’un centre islamique proche de Ground Zero serait annulée s’il acceptait de ne pas brûler des corans.

Les pressions sur le pasteur Jones se sont accumulées depuis une semaine. Barack Obama a notamment qualifié le plan de Jones d’«aubaine pour le recrutement» d’al-Qaida, et le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a même appelé en personne Terry Jones jeudi 9 septembre pour lui demander de ne pas mener à bien ses menaces.

Le commandant des forces américaines en Afghanistan, le général David Petraeus, avait déclaré lundi 6 septembre dans un communiqué que l’initiative «pourrait mettre en danger les troupes et de manière générale les efforts en Afghanistan», rapporte CNN.

Alors qu’environ 120.000 soldats américains et de l’Otan sont engagés contre al-Qaida et ses alliés Talibans en Afghanistan, le général Petraeus a prévenu que c’est «exactement le genre d’action que les Talibans utilisent et qui pourrait causer des problèmes importants, non seulement ici, mais partout où nous sommes engagés avec la communauté islamique dans le monde».

«La simple rumeur que l’évènement pourrait se produire a déjà déclenché des manifestations comme celle de Kaboul», a déclaré Petraeus. Samedi 4 septembre, 3.000 musulmans ont également manifesté dans les rues de la capitale indonésienne Jakarta contre le projet de l’église floridienne, selon NPR. L'Iran a pour sa part mis en garde contre la mise à exécution des projets de l’église, affirmant que cela déclencherait des «sentiments incontrôlables» dans les nations musulmanes. Jeudi 2 septembre, c’étaient 20 responsables religieux juifs, chrétiens et musulmans qui se réunissaient sur le parvis de la mairie de la petite ville de Floride pour condamner l’attitude du Dove World Outreach Center, comme le rapporte le Gainesville Sun.

Malgré le tollé international, le pasteur de l’église, le révérend Terry Jones, avait d’abord confirmé mardi 7 septembre: «Nous voulons envoyer un message clair aux éléments radicaux de l’Islam qu’ils ne sont pas les bienvenus aux Etats-Unis. Nous pensons qu’il est temps que l’Amérique se lève. Il est temps de dire non à la loi de la charia et aux éléments radicaux de l’Islam.»

L’église de Gainesville s’était déjà fait remarquer l’année dernière en imprimant des T-shirts avec l’inscription «l’Islam est diabolique», rapporte NPR, qui est également le titre du dernier livre du révérend Jones. On peut notamment voir sur le site du centre la vidéo ci-dessous, intitulée «l’Eglise doit se lever», où l’Islam est présenté comme une menace pour les Etats-Unis, et un renvoi vers la page Facebook «International Burn a Koran Day», qui compte 8.500 membres.

À LIRE ÉGALEMENT SUR SLATE.FR: Le pasteur, le général et les républicains: pourquoi les républicains ne condamnent-ils pas un autodafé du Coran

Photo: El Coran, Juanedc via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte