Monde

Elle réussit son permis au bout de la… 960e fois

Temps de lecture : 2 min

La persévérance paie. Cha Sa-soon peut en témoigner. Cette Sud-Coréenne de 69 ans a obtenu son permis de conduire au bout de la… 960e fois.

Le New York Times raconte l’histoire de cette habitante de Wanju, à environ 180 kilomètres au sud de Séoul, dont le nom, ça ne s’invente pas, veut dire «voiture» en coréen, selon la journaliste du New York Times. Cha Sa-soon est devenue malgré elle une célébrité. Les journalistes ont commencé à s’intéresser à elle l’an dernier, quand ils ont appris qu’elle avait raté l’examen pour la 700e fois. Son aventure réjouissait les rédacteurs d’informations insolites. Alors qu’elle l’avait encore raté pour la 771e fois, elle avait eu droit à une petite brève dans lepoint.fr:

«Elle détient le record», a déclaré à l'AFP Choi Yong-Cheol, un policier local supervisant les épreuves du permis. «Je me demande si elle va le passer pour la 772e fois», a-t-il ajouté. (…) «Je suis navré à chaque fois que je la vois échouer. Lorsqu'elle l'aura, je lui fabriquerai une plaque commémorative et la lui donnerai», a promis un policier.

Depuis qu’elle a obtenu son permis, les félicitations pleuvent. Du village, bien sûr, mais aussi de l’ensemble du pays, puisque Hyundai-Kya, le constructeur automobile, lancé une campagne en ligne demandant aux gens de poster des messages de félicitation. La villageoise est même apparue dans un spot de pub pour Hyundai, qui lui a également offert une voiture.

Dans une région très mal desservie par les transports en commun, Cha Sa-soon a toujours rêvé d’avoir le permis.

Si Cha Sa-soon a si souvent raté son permis, c’est surtout parce qu’elle est analphabète. Née dans une famille paysanne de sept enfants, elle a passé son enfance à travailler dans les champs, allant seulement à des cours du soir, quand elle le pouvait. Ensuite, elle a dû élever ses quatre enfants.

Du coup, l’examen écrit –50 minutes, 40 questions à choix multiples– semblait un obstacle infranchissable. Or, sans code, pas de permis. Mais Cha Sa-soon a travaillé très consciencieusement, avec des méthodes pour personnes illettrées, puis après avec la méthode normale.

D’avril 2005 à 2008, elle est allée à l’examen cinq fois par semaine, dans la ville de Jeonju, à une heure de chez elle. Ensuite, elle a «ralenti» le rythme, ne s’y présentant que deux fois par semaine.

Et elle a raté le test écrit 949 fois… Sans se décourager. Chaque passage –960– lui a coûté 5 dollars. Elle aura donc dépensé près de 4.800 dollars.

«Cela m’était égal. Pour moi, faire la navette chaque jour pour passer le test était comme aller à l’école. Je n’ai jamais pu aller à l’école.»

À LIRE AUSSI SUR SLATE.FR : «La cigarette explose: six dents perdues»: d'où vient cette info?

Photo: Drive / Peter Jot via Flickr License CC by

Newsletters

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants

Près de six mois après le début du mouvement de contestation pro-démocratie à Hong Kong, la confrontation la plus longue et l'une des plus violentes a lieu au sein du campus de l'Université polytechnique de Hong Kong (PolyU), où des...

Au Texas, un ancien agent de l'immigration découvre qu'il est mexicain et risque l'expulsion

Au Texas, un ancien agent de l'immigration découvre qu'il est mexicain et risque l'expulsion

Son certificat de naissance avait été falsifié.

En Tunisie, les modifications corporelles pour faire partie des gros durs

En Tunisie, les modifications corporelles pour faire partie des gros durs

Des tatouages et des scarifications pour prouver sa résistance à la douleur, pour montrer qu'on est un vrai mec, pour exprimer aussi une souffrance sociale.

Newsletters