Monde

La reconstitution de l'assassinat d'Hariri en France

Temps de lecture : 2 min

La reconstitution de l’attentat ayant coûté la vie à Rafic Hariri, l’ancien Premier ministre libanais, aura lieu près de Bordeaux, au camp militaire de Captieux, nous apprend ce samedi Georges Malbrunot sur son blog du Figaro.fr.

La reconstitution se déroulera sous haute protection à partir du 28 septembre.

«Les préparatifs ont commencé en juin avec la visite d’un spécialiste français en matière d'explosifs, membre de l’équipe d’enquêteurs du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), en charge de l’investigation.»

Rafic Hariri a été assassiné le 14 février 2005 à Beyrouth par l’explosion d’une bombe. Vingt-trois autres personnes avaient péri également. Le Tribunal spécial pour le Liban a été créé en 2007 par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies. Cette instance a pour mission de juger les auteurs présumés d’attaques terroristes au Liban, dont l’assassinat d’Hariri.

En 2009, le Spiegel avait affirmé que l’enquête s’orientait vers le Hezbollah. Des accusations récusées par le mouvement libanais. Mais, le 22 juillet 2010, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah a indiqué avoir été informé par le Premier ministre libanais, Saad Hariri (le fils de Rafic Hariri) que des membres du parti chiite seront accusés par le TSL.

Photo: Rafic Hariri / Helene C. Stikkel via Wikimedia Commons

Newsletters

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Le président français entend rebattre les cartes de l'OTAN et de l'Union européenne. Plus vite le reste de l'Europe y verra une aubaine, mieux ce sera.

Haute mer, le Far West des océans

Haute mer, le Far West des océans

Entre pêche illégale et traite d'êtres humains, les eaux internationales constituent un espace de non-droit que les institutions ont toutes les peines à réguler.

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Le 16 décembre 1989, les autorités exfiltraient le religieux anticommuniste László Tőkés de son église de Timișoara: l'étincelle qui allait déclencher la révolution roumaine.

Newsletters