Monde

Les anti-Google s’installent à Times Square

Temps de lecture : 2 min

Photo: Capture d'écran YouTube - Do not track me!
Photo: Capture d'écran YouTube - Do not track me!

Une association de consommateurs américaine, Consumer Watchdog, diffuse depuis le mercredi 1er septembre des publicités s’en prenant directement au directeur de Google, Eric Schmidt... à Times Square. Cette vidéo s’inscrit dans le cadre d’une campagne intitulée «Do not track me!» («Ne me pistez pas!»), et dépeint un Eric Schmidt en vendeur de glaces pervers, scannant à l’aide de lunettes-Google la vie des enfants et de leurs proches qui s’approchent de son camion.

Jamie Court, le président de l’association, explique ses motivations:

«Nous faisons la satire de Schmidt sur la place la plus fréquentée du pays pour montrer au public à quel point lui et Google sont intouchables lorsqu’il s’agit de notre droit à la vie privée.»

Dans son communiqué de presse, l’association justifie son action par plusieurs polémiques ayant éclaboussé le géant de la recherche: la récolte de données privées par la voiture Google Street View, la déclaration de son patron sur le changement de nom ou son dernier cours de morale douteux («Si il y a quelque chose que vous voulez garder secret, le mieux est peut-être de ne pas le faire»).

Et de préconiser la création d’une liste «Ne me pistez pas!» par le Congrès à l’image de ce qui existe déjà pour le téléphone. Le message est en tout cas limpide, à l'exception de la version en ligne de la vidéo, hébergée sur YouTube... qui appartient à Google.

Photo: Capture d'écran YouTube - Do not track me!

Slate.fr

Newsletters

Privé de «Davos du désert»

Privé de «Davos du désert»

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

Vivre dans la rue est désormais un délit passible de prison ferme dans l’ensemble du pays.

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Et son instinct lui dit que la menace du réchauffement climatique est exagérée.

Newsletters